top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Législatives 2024 : l’observatoire Safidy exprime ses inquiétudes face aux décrets tardifs

L’observatoire Safidy exprime ses inquiétudes face aux retards dans la publication des décrets pour les législatives 2024. Découvrez les enjeux et les réactions des candidats.



À l’approche des élections législatives de 2024, l’observatoire Safidy a partagé ses préoccupations lors d’une conférence de presse tenue à son siège à Ambatonakanga. Contrairement aux précédentes élections, la publication des décrets d’application relatifs à l’organisation des élections législatives a été effectuée de manière fragmentée, engendrant des inquiétudes chez les candidats et autres acteurs politiques.


Décrets publiés avec retard

Les premiers décrets, concernant la convocation des électeurs et la contribution financière des candidats pour les frais d’impression, ont été publiés le 13 février 2023, conformément au délai légal. Cependant, d'autres décrets essentiels, tels que ceux fixant le nombre de députés à élire, la répartition des sièges et le découpage des circonscriptions électorales, n'ont été publiés que 13 jours avant le début de l’enregistrement des candidatures, soit un mois après les premiers décrets.


Une publication fragmentée et ses conséquences

Cette situation, en contradiction avec la loi qui exige la publication simultanée de tous les décrets relatifs à l'organisation des élections, a généré des incertitudes parmi les candidats. Le décret détaillant le chronogramme légal et les modalités d’organisation des élections législatives de 2024 a également été publié avec un retard significatif. Ce manque de synchronisation a perturbé la préparation des candidats, compromettant l'égalité des chances et entraînant une confusion généralisée.


Augmentation du nombre de députés

Une nouvelle circonscription administrative a été créée dans la région Androy, divisant le district d’Ambovombe pour former le district d’Antanimora Sud. Cette modification, introduite trois semaines après la convocation des électeurs, a surpris la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), qui a dû rapidement adapter ses structures pour ce nouveau district. Par ailleurs, le seuil de détermination du nombre de sièges à pourvoir a été ajusté en raison de la croissance démographique, augmentant de 10 000 habitants par rapport aux élections de 2019. Cette révision a entraîné une augmentation de douze sièges, portant le nombre total de députés à élire à 163.


Croissance démographique et impact sur les circonscriptions

SAFIDY a souligné la forte croissance démographique dans certains districts, avec des augmentations de population atteignant 47 % pour Betioky Atsimo, 40 % pour Ambalavao, 42 % pour Ihosy, 34 % pour Amboasary Atsimo et 30 % pour Ambilobe depuis 2019. Ces chiffres dépassent largement le taux moyen de croissance annuelle de 3 %, ce qui a un impact direct sur la répartition des sièges et le découpage des circonscriptions électorales.


Réactions et préoccupations des acteurs politiques

Les retards et les modifications tardives dans l’organisation des élections ont suscité de vives réactions parmi les acteurs politiques. Les candidats potentiels expriment des préoccupations concernant l'équité du processus électoral et la transparence des procédures. La création de nouvelles circonscriptions et l’augmentation du nombre de députés sont perçues comme des changements significatifs qui nécessitent une communication claire et une préparation adéquate pour éviter toute forme de déséquilibre.


Vers des élections sous haute surveillance

L’observatoire Safidy appelle à une vigilance accrue et à une transparence totale dans le processus électoral pour assurer des élections libres et équitables. Les défis posés par les retards dans la publication des décrets et les modifications administratives doivent être surmontés pour restaurer la confiance des électeurs et des candidats dans le système électoral.


Les élections législatives de 2024 se dérouleront dans un contexte de croissance démographique rapide et de modifications administratives significatives. Il est impératif que les autorités électorales prennent toutes les mesures nécessaires pour garantir un processus électoral transparent et équitable, en conformité avec les lois en vigueur.

3 vues0 commentaire

Komentar


bottom of page