top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

L’exportation de viande depuis l’abattoir de Tsiroanomandidy : Un défi encore non relevé


L’abattoir national situé à Andrefan’i Gara, Tsiroanomandidy, demeure inutilisé malgré sa livraison provisoire fin 2019. Géré par le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, l’abattoir est désormais sous la responsabilité de la société "Fandresena Plus II". Pourtant, malgré les attentes, l'exportation de viande de cet établissement reste interdite.


Un contrat exclusif pour Fandresena Plus II

Après un processus de sélection approfondi, "Fandresena Plus II" a été choisie pour gérer cet abattoir. La société a remporté le contrat grâce à son respect rigoureux des critères stipulés. Toutefois, avant d'obtenir l'agrément d'exploitation, l'entreprise doit mettre en place des équipements supplémentaires, dont une chambre froide, un système de traitement suspendu et des installations pour le bien-être des animaux. L’importance de respecter les normes environnementales n'est pas non plus à négliger, avec l’installation d’une station d’épuration.


L'importance de la traçabilité

L'une des préoccupations majeures concerne la traçabilité de la viande. Pour répondre à cela, la société a déjà établi une ferme de zébus et une autre dédiée aux petits ruminants. Ces mesures ont pour but de garantir une traçabilité irréprochable, réduisant ainsi les risques associés, notamment le vol de bétail.


Cependant, des éleveurs locaux souhaitent que les fermes liées à cet abattoir soient basées dans leur région. Ils espèrent ainsi que cette initiative, demandée à l’État, profite directement à leur communauté.


Un abattoir sous-utilisé

Malgré son potentiel, l'abattoir de Tsiroanomandidy n'a pas encore pleinement fonctionné, si ce n'est pour quelques occasions spécifiques comme l’Aïd el-Adha en 2023. Avec une capacité d'abattage impressionnante de 75 animaux par jour, son potentiel est indéniable. Toutefois, sa véritable capacité reste à être testée.


Quant à l’aspect financier, des modalités ont été définies pour le bénéfice de la commune locale. Elle percevra ainsi des redevances et des ristournes, tandis que les frais de location-gérance seront versés au Fonds de l’Elevage.



L'avenir de l'abattoir de Tsiroanomandidy reste en suspens. Bien que doté d'un potentiel significatif et placé sous la gestion de "Fandresena Plus II", plusieurs défis restent à relever. L’accent mis sur la traçabilité et le bien-être animal montre une vision orientée vers l’avenir et la qualité. Cependant, pour que cet établissement puisse vraiment prospérer, les obstacles actuels doivent être surmontés, notamment l'interdiction d'exporter la viande. Seul le temps dira si l'abattoir pourra tenir ses promesses et contribuer de manière significative à l'économie locale et nationale.

4 vues0 commentaire

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
bottom of page