top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

La candidature de Christine Razanamahasoa acceptée après des rebondissements



Après avoir été évincée de son poste par la plateforme présidentielle et exclue de son titre de députée, Christine Razanamahasoa, ex-présidente de l'Assemblée nationale élue à Ambatofinandrahana, voit finalement sa candidature aux élections législatives acceptée. Une décision surprenante après avoir initialement été rejetée par l'OVEC pour un prétendu manque de documents.


Rétablissement des candidatures : une décision de la Commission électorale nationale indépendante (CENI)

Suite à l'annulation de la décision de l'OVEC par la CENI, la candidature de Christine Razanamahasoa a été rétablie, ainsi que celles de plusieurs autres personnalités politiques telles que Pety Rakotoniaina, Narson Rafidimanana, Paul Bert Rahasimanana, Nirina Ravelohanitra, et cinq autres candidats. Tous se sont présentés soit à titre indépendant, soit sous la bannière de l'opposition.


Incertitude persistante : le cas de Voahirana Rajoelina

Cependant, l'avenir de la candidature de Voahirana Rajoelina, sœur du chef de l'État et pasteur évangélique, reste incertain. La CENI s'est déclarée incompétente concernant la demande d'invalidation de sa candidature. Voahirana Rajoelina s'est présentée sous la bannière de l'indépendant Shine and Rise dans le VIe arrondissement de la capitale.


Rejets de candidatures pour non-paiement de la caution

Malheureusement, plusieurs autres candidatures ont été rejetées en raison du non-paiement de la caution de 20 millions d'Ar. C'est notamment le cas de la candidature d'Angelo Andrianirina à Ambatondrazaka et de Tatandraza à Bekily. Au total, 17 candidatures ont été rejetées pour cette même raison. De plus, l'Arema s'est vu refuser ses candidatures dans 23 districts pour le même motif.


15 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page