top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

La contestation en Argentine : la première grève générale contre le président Javier Milei


La République Démocratique du Congo n'est pas le seul pays où la contestation politique suscite l'attention. En effet, l'Argentine a connu un événement inédit, marqué par une grève générale contre les premières mesures prises par le président Javier Milei, seulement un mois et demi après son investiture.


Contexte de la grève

Hector Daer, secrétaire général de la CGT, la principale centrale syndicale argentine avec 7 millions de membres affiliés, a annoncé cette grève générale lors d'une conférence de presse tenue le 28 décembre. Cette mobilisation vise à protester contre les décrets et projets de loi du nouveau président qu'ils jugent comme étant de nature ultralibérale et dérégulatrice.


Objectifs de la mobilisation

La manifestation prévue devant le Parlement, où sont examinés ces projets de loi controversés, ambitionne de s'opposer à des mesures considérées comme allant à l'encontre des intérêts de la société. Les syndicats dénoncent notamment un décret du gouvernement publié le 20 décembre, qualifié d'illégal et anticonstitutionnel, ouvrant la voie à une dérégulation économique massive, concentrant excessivement les pouvoirs entre les mains du président.


Signification de la contestation

Cette grève générale marque un moment important dans l'histoire démocratique de l'Argentine, étant la première de cette ampleur depuis quatre décennies. Elle met en lumière les désaccords profonds entre le gouvernement et les syndicats, soulignant les préoccupations croissantes quant à la direction économique et politique que prend le pays sous la nouvelle présidence de Javier Milei.


Enjeux et débats

Les projets de loi dérégulateurs suscitent des débats et des tensions, illustrant les divergences quant aux orientations économiques et aux priorités nationales. Cette mobilisation syndicale reflète ainsi les inquiétudes au sein de la société argentine face aux possibles réformes économiques drastiques et à la concentration excessive du pouvoir présidentiel.


La grève générale en Argentine représente un défi considérable pour le nouveau président du pays, mettant en évidence les tensions existantes entre les priorités gouvernementales et les préoccupations des citoyens, ainsi que des acteurs syndicaux influents du pays.

2 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page