top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

La Finul : gardienne de la paix au milieu des tensions entre le Liban et Israël


Le Ministre de la Défense Français, Sébastien Lecornu, visite la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul) au milieu d'une escalade des tensions entre le Hezbollah et l'armée israélienne. Malgré un apparent calme à Deir Kifa, la base française au sein de la Finul, des signes inquiétants se profilent dans le ciel avec la présence de drones surveillant la zone. Alors que Lecornu rencontre les soldats français de l'opération Damam le 2 novembre, des échanges d'artillerie entre le Hezbollah et l'armée israélienne se font déjà entendre le long de la ligne de démarcation entre le Liban et Israël, communément appelée la "ligne bleue," située à 25 kilomètres au sud. Au siège de la Finul à Naqoura, les soldats de l'ONU se réfugient, conscient des risques. "En ce moment, il est essentiel d'assurer une observation et une dissuasion pour prévenir une escalade," souligne Sébastien Lecornu. Personne ne souhaite que la Finul se trouve dans une situation précaire, car cela serait préjudiciable pour toutes les parties concernées.


Depuis le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, la Finul, forte de plus de 10 000 hommes déployés par 48 pays, opère dans un environnement de plus en plus hostile. Les affrontements entre le Hezbollah et l'armée israélienne gagnent en intensité chaque jour. Selon l'Agence France-Presse, ces affrontements ont déjà causé la mort de 70 personnes dans le sud du Liban, dont 52 combattants du Hezbollah et sept civils. Côté israélien, huit soldats et un civil ont perdu la vie, selon les autorités israéliennes. Pour le ministre français, la stabilité du Liban demeure une priorité absolue, et celle-ci dépend en grande partie du rôle de la Finul.


La Finul, déployée depuis 1978, date de l'occupation israélienne du sud du Liban, a vu son mandat évoluer. Depuis la fin de la guerre entre Israël et le Hezbollah en 2006, sa mission englobe désormais l'observation et la "déconfliction," bien que l'interposition ne fasse pas partie de ses attributions. La Finul travaille en collaboration avec les Forces Armées Libanaises (FAL), qui ont déployé 2 000 hommes dans le sud du Liban. La France, par divers canaux, tente de communiquer avec les deux belligérants, afin de souligner que personne ne souhaite une guerre. Malgré cette volonté, l'escalade le long de la frontière suscite des inquiétudes.


Le Liban, déjà en proie à une grave crise économique et politique, ne saurait supporter une guerre supplémentaire. Les conséquences d'un tel conflit pourraient s'étendre bien au-delà des frontières libanaises, créant des tensions dans la région. Les Nations Unies, à travers la Finul, jouent un rôle crucial dans la préservation de la paix et de la stabilité. Les efforts de médiation et de prévention des conflits sont plus que jamais nécessaires pour éviter une nouvelle catastrophe dans une région déjà meurtrie par les conflits.

9 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page