top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

La HCC Refuse de Céder : nouvelle requête d'Andry Raobelina rejetée


La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) demeure inébranlable face aux tentatives d'Andry Raobelina de repousser les élections présidentielles. La deuxième requête du candidat a été rejetée, la Cour affirmant son engagement envers la régulation institutionnelle plutôt que de céder aux circonstances personnelles des candidats.

Contexte du rejet : une décision basée sur des principes Le rejet récent par la HCC de la demande de Raobelina ne se base pas sur une analyse superficielle de sa situation personnelle, mais s'ancre fermement dans son rôle de gardien de la constitutionnalité et de la stabilité institutionnelle. La Cour souligne que ses décisions transcendent les incidents individuels, reflétant son engagement envers une gouvernance stable.

Force majeure : un argument inefficace Les avocats de Raobelina ont tenté de plaider un nouveau cas de force majeure, insistant sur le report de l'élection présidentielle du 16 novembre. Toutefois, la HCC a réitéré sa position précédente, affirmant que « la blessure d’un candidat ne peut constituer un cas de force majeure ». Cette décision souligne la nécessité d'une justification plus substantielle pour tout ajustement du processus électoral.

Analyse de la décision : conséquences d'une participation volontaire La HCC a rappelé dans son arrêt que la participation d'Andry Raobelina à une manifestation non autorisée, résultant en sa blessure, était une décision volontaire, éliminant ainsi toute possibilité de considérer sa situation comme un cas de force majeure. Cette perspective renforce la notion que les actions des candidats, lorsqu'elles sont prises de leur propre initiative, ne peuvent contraindre le cadre constitutionnel et légal.

Absence du candidat : pas un prétexte valable L’emphase a été mise sur le fait que l'absence de Raobelina sur le terrain de la campagne, due à ses blessures, ne constituait pas un cas de force majeure. Cette décision souligne la responsabilité des candidats à maintenir leur engagement envers le processus électoral, indépendamment des défis personnels qu'ils pourraient rencontrer.


Préserver l'intégrité des institutions La position ferme de la HCC dans cette affaire réaffirme son rôle crucial dans la sauvegarde de l'intégrité des institutions démocratiques du pays. En refusant de permettre des exceptions basées sur des circonstances personnelles, la Cour assure que le cadre juridique et constitutionnel reste solide et inébranlable, même face à des situations imprévues. Cette résolution renforce la confiance dans la structure démocratique et souligne l'importance de la prévisibilité et de la constance dans le processus électoral.


5 vues0 commentaire

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page