top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

La proximité entre Poutine et Kim laisse la Chine dans une position délicate

Le rapprochement stratégique entre la Russie et la Corée du Nord suscite des sentiments mitigés à Pékin, où les enjeux géopolitiques se complexifient.



Le président russe, Vladimir Poutine, doit se rendre en Corée du Nord, mardi et mercredi, pour renforcer les liens avec le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un. Ce rapprochement, bien que bénéfique pour Moscou et Pyongyang, pose un défi stratégique pour la Chine.


Une visite reportée, mais significative

Initialement, Vladimir Poutine aurait pu profiter de sa présence à Pékin en mai pour se rendre directement à Pyongyang, située à moins de deux heures de vol de la capitale chinoise. Toutefois, il a choisi d’attendre un mois avant de visiter la Corée du Nord, les 18 et 19 juin, avant de poursuivre son voyage au Vietnam. Cette décision permet de dissocier ces événements, évitant ainsi l’image d’une alliance triangulaire trop apparente entre la Russie, la Chine et la Corée du Nord, trois nations opposées à l’Occident.


Les implications d'un rapprochement russo-nord-coréen

L'invasion de l'Ukraine par la Russie a rapproché Poutine et Kim Jong-un par intérêt mutuel. La Russie cherche à obtenir des munitions nord-coréennes pour sa guerre, tandis que la Corée du Nord bénéficie de ce partenariat pour réduire son isolement international et recevoir une aide alimentaire précieuse. De plus, Kim Jong-un diversifie ses alliances, diminuant ainsi la dépendance de son pays envers la Chine. Ce rapprochement permet à la Corée du Nord de stabiliser son économie et d’acquérir des connaissances technologiques dans les domaines balistique et satellitaire.


Une évolution complexe pour Pékin

Cette nouvelle dynamique entre la Russie et la Corée du Nord est un couteau à double tranchant pour la Chine. D'un côté, Pékin est soulagé de voir la Russie partager une partie du fardeau que représente le soutien à la Corée du Nord. Maintenir la Corée du Nord comme une zone tampon est stratégique pour la Chine, compte tenu de la proximité des bases militaires américaines en Corée du Sud. D'autre part, ce rapprochement suscite des inquiétudes quant à la diminution de l'influence chinoise sur Pyongyang et les répercussions potentielles sur la stabilité régionale.


La stratégie de Pékin face aux enjeux géopolitiques

La Chine doit naviguer prudemment dans cette nouvelle configuration géopolitique. Alors que Pékin souhaite maintenir la stabilité dans la région et préserver son influence sur la Corée du Nord, elle doit également gérer les perceptions internationales de ses alliances. Le soutien indirect de la Russie à la Corée du Nord pourrait compliquer les relations de la Chine avec l'Occident, déjà tendues par les différends commerciaux et politiques.


L'équilibre délicat de la Chine

Pékin est confronté à un dilemme stratégique. Le rapprochement entre la Russie et la Corée du Nord offre à la Chine une opportunité de partager les responsabilités liées à la Corée du Nord, tout en créant un risque de marginalisation de son influence. La Chine doit donc équilibrer ses actions pour continuer à jouer un rôle central dans la région, tout en évitant de se trouver trop étroitement liée à des alliances qui pourraient nuire à ses intérêts globaux.


Les perspectives pour la région

L'évolution des relations entre la Russie, la Corée du Nord et la Chine aura des implications importantes pour l'équilibre des pouvoirs en Asie de l'Est. La Chine devra continuer à ajuster sa politique étrangère pour répondre aux défis posés par ces nouveaux alignements, tout en cherchant à maintenir la stabilité et à protéger ses intérêts stratégiques. La vigilance et la flexibilité seront essentielles pour Pékin dans cette période de changements rapides et imprévisibles.


En conclusion, le rapprochement entre Vladimir Poutine et Kim Jong-un place la Chine dans une position complexe, nécessitant des stratégies soigneusement équilibrées pour naviguer dans les eaux tumultueuses de la géopolitique régionale. La capacité de Pékin à gérer ces relations délicates sera cruciale pour son influence future en Asie et au-delà.

5 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page