top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

La quête ONU pour une présidentielle apaisée à Madagascar : le défi de la méfiance


Le contexte pré-électoral malgache devient de plus en plus tendu. Entre accusations de violations constitutionnelles et de manifestations réprimées, le climat politique semble orageux. Pour mieux comprendre les enjeux, Parfait Onanga-Anyanga, l'émissaire du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est rendu sur la Grande Île, dévoilant ainsi le rôle crucial que joue la communauté internationale dans la quête d'une élection paisible.


Des rencontres sous haute tension

La venue d'Onanga-Anyanga intervient 24 heures après une rencontre des candidats avec les chefs d’Églises, montrant ainsi la rapidité et l'urgence de la situation. La majorité des candidats ont répondu à l'appel de la délégation onusienne, soulignant leur confiance en cette instance. Néanmoins, l'absence remarquée de figures politiques majeures comme Andry Rajoelina ou Tahina Razafinjoelina suggère une méfiance ou, du moins, une stratégie distincte vis-à-vis des efforts internationaux.


La voix des candidats : un appel au respect

Les discussions ne se sont pas attardées sur des banalités. Face à l’émissaire d’Antonio Guterres, les candidats ont évoqué sans détour les "conditions non favorables" qui menacent la tenue d'élections pacifiques. Ces accusations graves incluent non seulement des entraves aux manifestations politiques mais également des violations des dispositions constitutionnelles. Ces revendications placent la délégation onusienne devant un défi : comment garantir une élection juste et pacifique dans un tel climat ?


Une détermination multifacette

La complexité de la mission d'Onanga-Anyanga est renforcée par l'étendue et la diversité de sa délégation. Accompagné de figures majeures telles que Noura Hamladji et Fatou Camara Houel, il semble que l'ONU soit déterminée à aborder les questions sous tous leurs angles, du développement à la paix en passant par les droits de l'homme. L'agenda chargé, incluant des rencontres avec des commissaires électoraux et des juges constitutionnels, montre une volonté de comprendre le tableau complet, sans omettre aucun détail.


Vers une élection apaisée ?

Les enjeux pour Madagascar sont énormes. Les prochaines élections pourraient soit consolider la démocratie soit la déstabiliser davantage. Dans ce contexte, la mission de l'ONU devient essentielle. Si elle réussit à établir un dialogue constructif avec tous les acteurs et à rassurer sur l'impartialité du processus électoral, Madagascar pourrait avoir une chance d'aller de l'avant. Toutefois, les obstacles sont nombreux, et chaque pas doit être pris avec précaution.


La scène politique malgache est à un carrefour. Avec l'aide de la communauté internationale, notamment de l'ONU, le pays pourrait voir une élection présidentielle pacifique et légitime. Mais le chemin est encore long, et la confiance, une fois brisée, prend du temps à restaurer. Seul l'avenir dira si ces efforts porteront leurs fruits.

12 vues0 commentaire

留言

評等為 0(最高為 5 顆星)。
暫無評等

新增評等
bottom of page