top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

La réunion secrète de 4 candidats à la présidence pointe du doigt la Haute Cour Constitutionnelle

À moins de neuf mois des élections présidentielles, la confiance envers la Haute Cour Constitutionnelle s'amenuise, notamment au sein des partis d'opposition qui réclament sa refonte.


Roland Ratsiraka, président national du parti Malagasy Tonga Saina (MTS) et député de Toamasina 1, a déclaré que la Haute Cour Constitutionnelle devait être dissoute. Cette affirmation fait suite à une réunion secrète qui s'est tenue ce week-end chez un particulier et à laquelle ont participé Marc Ravalomanana, président fondateur du parti Tiako i Madagasikara (TIM), Hery Rajaonarimampianina, leader du parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM), et Hajo Andrianainarivelo, président national du parti Malagasy Miara Miainga (MMM). Les quatre personnalités politiques ont exprimé leur manque de confiance envers la HCC, affirmant qu'elle était du côté du régime en place.


La décision récente de la Haute Cour Constitutionnelle a suscité des incompréhensions et des critiques de la part de l'opposition. La HCC a jugé conforme à la Constitution la déclaration (fanambarana) n°312-AN/P/2022 de la Présidente de l'Assemblée Nationale ainsi que le « fanambarana » du Bureau Permanent du 08 décembre 2022. Cependant, ces décisions ont été qualifiées d'inédites et ne garantissent pas la sérénité dans le camp de l'opposition, qui remet en question la légitimité de la HCC.


Le député de Toamasina 1, Roland Ratsiraka, est préoccupé par l'avenir de Madagascar et l'issue de la prochaine élection présidentielle. Il estime que la récente prise de position de la HCC à propos de la motion de censure et de l'empêchement du président de la République est la preuve que les élections futures ne seront pas saines, loyales et transparentes, car la HCC n'est pas impartiale. Cette situation risque de causer des troubles pendant les élections présidentielles à venir, car si la HCC ne peut pas rester objective sur une telle question, comment pourra-t-elle gérer les éventuels contentieux électoraux, s'interroge-t-on.


Les quatre chefs de parti, Marc Ravalomanana, Hery Rajaonarimampianina, Hajo Andrianainarivelo et Roland Ratsiraka, ont décidé de mettre en avant la refonte de la HCC pour assurer la crédibilité des prochaines élections. Ils ont déjà reçu le soutien d'autres partis pour cette initiative. De plus, la majorité des plus importants partis et les députés signataires de la motion de censure ont prévu une réunion pour s'opposer à la HCC. La situation sera largement portée à la connaissance de la communauté internationale.

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page