top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

La traite des personnes à Madagascar : un fléau qui persiste



Madagascar, comme de nombreux pays du monde, est confronté à la traite des personnes, un crime grave qui porte atteinte aux droits humains fondamentaux. Dans le cadre de la journée mondiale de la lutte contre la traite des personnes, deux représentants de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) se sont exprimés sur cette problématique sur l'île.


Comprendre la Traite des Personnes

Selon Emmanuelle Renault, Officer de Prévention du Crime associé à l'ONUDC, la traite des personnes est définie par une combinaison de trois éléments : Actes, Moyens et Finalité. Elle ne se limite pas à des formes d'exploitation telles que le travail forcé ou la prostitution, mais englobe également la mendicité forcée, la servitude, le prélèvement d'organe et bien d'autres. Le crime peut se produire sans déplacement de la victime, et les femmes, enfants et personnes en situation de précarité sont particulièrement vulnérables.

Il est important de différencier la traite des personnes de l'immigration irrégulière. Comme l'explique Johan Andria Ramandimbison, également Officer de Prévention du Crime, la traite concerne l'exploitation d'individus contre leur volonté, tandis que l'immigration irrégulière est souvent une démarche volontaire, malgré les risques associés.


L'Ampleur du Problème à Madagascar

Obtenir des statistiques précises sur la traite des personnes à Madagascar est difficile, car elle se déroule souvent dans la clandestinité. L'ONUDC a toutefois relevé certaines tendances inquiétantes : une diminution du nombre de victimes identifiées et une augmentation de l'impunité, avec des réseaux criminels de plus en plus organisés. La situation socio-économique précaire à Madagascar rend la population particulièrement vulnérable à ce crime.


L'ONUDC s'intéresse particulièrement aux villes d'Antananarivo et de Nosy-Be, car elles disposent d’aéroports internationaux, les rendant ainsi plus exposées à la traite, notamment dans le contexte du tourisme sexuel. Emmanuelle Renault précise que le tourisme sexuel peut être associé à la traite des personnes, surtout lorsqu'il implique des mineurs ou des adultes non consentants.


Les Efforts de L'ONUDC

L'ONUDC joue un rôle crucial en travaillant avec les États membres pour renforcer leur capacité à combattre la traite des personnes. Parmi leurs actions, l'élaboration de cadres normatifs, la formation des acteurs de la justice pénale et le renforcement de la coopération judiciaire sont primordiaux. À Madagascar, l'ONUDC a notamment soutenu la rédaction de politiques publiques et de plans d'action nationaux pour lutter contre la traite.


Financement et Efforts Continus

Les actions de l'ONUDC sont financées par les contributions volontaires des États membres et diverses organisations régionales. Cependant, si les formations et les sensibilisations sont essentielles, elles ne sont pas suffisantes. Une approche holistique est nécessaire pour traiter les causes profondes de la traite, telles que la pauvreté, le manque d'opportunités et le changement climatique.


La célébration de la journée mondiale contre la traite des personnes à Madagascar sert de rappel crucial de l'importance de lutter contre ce crime. Chaque membre de la société a un rôle à jouer, qu'il s'agisse du gouvernement, des associations, des médias ou des citoyens ordinaires. La collaboration et la détermination seront essentielles pour éradiquer ce fléau.

Comments


bottom of page