top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Lalatiana Rakotondrazafy : demande d’annulation des voix obtenues par son adversaire

Les élections législatives du 29 mai continuent de susciter des controverses, avec des candidats défaits contestant les résultats devant la Haute Cour Constitutionnelle.



Trois audiences ont eu lieu hier matin à la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) d'Ambohidahy, concernant les litiges électoraux des districts de Mahajanga 1, Mahajanga 2 et Faratsiho. Les candidats défaits contestent les résultats provisoires, demandant l'annulation des voix obtenues par leurs adversaires.


Litiges électoraux à la HCC

72 heures après la proclamation des résultats provisoires du scrutin législatif du 29 mai par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), les audiences ont débuté à Ambohidahy. Les différends électoraux concernent les districts de Mahajanga 1, Mahajanga 2 et Faratsiho. Les candidats ayant perdu selon les résultats provisoires de la CENI ont tous demandé l’annulation des voix obtenues par leurs adversaires.


Cas de Lalatiana Rakotondrazafy à Faratsiho

L'une des affaires les plus médiatisées est celle de Lalatiana Rakotondrazafy, candidate de la plateforme IRMAR à Faratsiho, qui a enregistré 20 546 voix, soit 40,64% des suffrages. Elle conteste les résultats provisoires qui donnent son adversaire, Andriamampionona Ramilison de la plateforme Firaisankina, vainqueur avec 22 897 voix, soit 45,29%. Lalatiana Rakotondrazafy accuse son adversaire d'achat de voix et de distribution de bulletins pré-cochés, remettant en question l'intégrité du processus électoral dans 24 bureaux de vote. Elle soutient que des manipulations ont été effectuées par Andriamampionona Ramilison sur les organes électoraux, justifiant ainsi sa demande d'annulation des voix obtenues par ce dernier.


Accusations de corruption électorale à Mahajanga

Les affaires des districts de Mahajanga 1 et Mahajanga 2 présentent des similitudes avec celle de Faratsiho. À Mahajanga 1, Christian Afakandro de la plateforme Firaisankina, arrivé premier avec 14 695 voix (44,52%), doit se défendre contre les accusations de corruption électorale portées par Stéphan Alphonse Nicolas, candidat indépendant ayant obtenu 7 171 voix (21,73%). Nicolas demande l'annulation des voix de son adversaire, alléguant des pratiques de corruption électorale.


À Mahajanga 2, Léon Rasalama de la plateforme IRMAR, qui a reçu 7 484 voix (42,81%), conteste les résultats provisoires qui placent Handry Orlando Ramananarivo, candidat indépendant, en tête avec 9 998 voix (57,19%). Rasalama demande également l'annulation des voix de Ramananarivo, l'accusant de pratiques électorales frauduleuses.


Les audiences devant la Haute Cour Constitutionnelle montrent la persistance des litiges électoraux à Madagascar. Les candidats défaits, comme Lalatiana Rakotondrazafy et d'autres à Mahajanga, contestent les résultats provisoires, accusant leurs adversaires de corruption et de manipulation électorale. La HCC devra trancher ces affaires pour assurer l'intégrité et la transparence du processus électoral.

8 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page