top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Le Brésil accueille un sommet crucial pour la préservation de l'Amazonie

L'Amazonie à un tournant : les leaders de la région se rassemblent pour protéger 'le poumon vert' de la Terre.

Un sommet crucial a commencé le 8 août dans la ville brésilienne de Belem, rassemblant les pays de la région de l'Amazonie. Leur objectif majeur : trouver des solutions concrètes pour combattre les effets néfastes du réchauffement climatique, mettre un frein à la déforestation et promouvoir le développement durable. L'enjeu est colossal, car cette région regroupe près de 10% de la biodiversité mondiale.


Le sommet, qui se tiendra jusqu'au lendemain, voit la participation des huit pays membres de l'Organisation du traité de coopération amazonienne (OTCA). Fondée en 1995, l'OTCA a pour mission de protéger la forêt tropicale. Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, accueille ses homologues des pays voisins, dont la Bolivie, la Colombie, le Guyana, le Pérou et le Venezuela.


En marge de ce sommet, Belem se prépare également à accueillir en 2025 la conférence des Nations unies sur le climat COP30, renforçant ainsi son rôle sur la scène environnementale internationale.


Marina Silva, ministre brésilienne de l'Environnement, a souligné l'importance cruciale de l'enjeu, affirmant : « Nous ne pouvons pas permettre que l'Amazonie atteigne le point de non-retour ». Si cela se produisait, l'Amazonie émettrait davantage de carbone qu'elle n'en absorberait, aggravant ainsi le réchauffement global.


Le sommet prévoit la publication d'une "Déclaration de Belem" pour officialiser les engagements des pays membres. Cette déclaration détaille les nouveaux objectifs à atteindre pour protéger cette forêt vitale.


Parmi les nombreux défis à relever figurent la mise en place d'une stratégie commune pour lutter contre la déforestation illégale. Le président brésilien Lula s'est engagé à éliminer ce fléau d'ici 2030.


Des représentants indigènes se sont également réunis à Belem, espérant que leurs préoccupations et droits territoriaux seront pris en compte. La préservation de l'Amazonie ne se résume pas seulement à la protection de la nature, mais englobe également les droits et la survie des peuples autochtones.


La dernière journée du sommet verra l'arrivée de pays non membres de l'OTCA, dont la France, qui possède un territoire amazonien avec la Guyane.



Commentaires


bottom of page