top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Le retour anticipé du crâne sacré du roi Toera à Madagascar


Le 30 août 1897, le roi Toera, un patriote malagasy intrépide, a perdu la vie à Ambiky, dans le Menabe, lors d'un conflit avec les Français. Son objectif était clair : chasser les envahisseurs français de la terre de ses ancêtres. Il a été le premier roi malgache à s'élever contre la présence française, dénonçant leurs intentions cachées, leurs valeurs racistes et esclavagistes. Depuis lors, son crâne sacré était conservé au musée de l'Homme à Paris.

Cependant, une nouvelle lueur d'espoir surgit en décembre 2023 lorsque l'Assemblée nationale française adopta une proposition de loi sur la restitution des restes humains appartenant aux collections publiques.


Le roi Toera : un symbole de résistance

Le roi Toera incarne l'esprit indomptable des Malagasy qui ont lutté pour leur liberté et leur dignité. Il s'est dressé contre l'oppression française avec une détermination sans faille, devenant ainsi un symbole de résistance pour la nation malagasy Son courage et sa vision de l'avenir de Madagascar ont marqué l'histoire du pays.


La loi sur la restitution des restes humains

La loi adoptée par l'Assemblée nationale française a déclenché un débat important concernant la restitution des restes humains à leurs pays d'origine. Selon cette loi, la sortie du domaine public des restes humains est autorisée uniquement en vue de leur restitution à un État à des fins funéraires. Cette disposition soulève des questions quant à la manière dont le crâne du roi Toera sera traité lors de son retour à Madagascar.


Le défi de la mémoire collective

Le retour anticipé du crâne du roi Toera suscite un grand intérêt à Madagascar. Cependant, il pose également des défis, notamment en ce qui concerne la mémoire collective. Les descendants du roi Toera sont susceptibles de vouloir organiser une cérémonie traditionnelle et populaire pour accueillir le crâne sacré. Cela pourrait être perçu par certains comme une instrumentalisation, éloignée de l'hommage aux morts. Les Français, en vertu de la loi, pourraient refuser la restitution si une telle intention est suspectée.


La signification culturelle du retour

Le roi Toera n'était pas simplement un monarque du Menabe, mais une figure emblématique de l'histoire et de la culture malagasy. Selon les traditions orales, il a été un fervent défenseur de l'environnement, utilisant habilement les ressources naturelles pour résister aux envahisseurs. Son retour en terre malagasy symboliserait non seulement la justice rendue, mais aussi la célébration de l'héritage de Toera en tant que protecteur de la nature.


Le processus de restitution

Pour que le crâne du roi Toera puisse retourner à Madagascar, l'État malagasy doit faire une demande formelle à l'État français. La loi française sur la restitution des restes humains stipule que cette restitution est applicable aux restes dont la date présumée de la mort a eu lieu il y a plus de cinq cents ans au moment du dépôt de la demande. Le crâne du roi Toera répond parfaitement à ces critères, ouvrant ainsi la voie à son retour.


Le futur sacralisé du roi Toera

L'adoption de cette loi française laisse entrevoir un retour certain du crâne du roi Toera à Madagascar. Une fois de retour, il pourrait être pleinement sacralisé lors du prochain "Fitampoha". Ses ossements complets permettront aux Malagasy de rendre hommage à ce monarque intrépide qui a marqué l'histoire de Madagascar.


En conclusion, le retour anticipé du crâne sacré du roi Toera à Madagascar représente un moment historique pour le pays. C'est une occasion de célébrer la résilience et la détermination du peuple malagasy face à l'oppression coloniale. Le roi Toera restera à jamais un symbole de courage et de fierté nationale, rappelant aux générations futures l'importance de la préservation de l'identité et de l'héritage culturel de Madagascar.

bottom of page