top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Le retour de Christian Ntsay à la Primature : un fait accompli suscitant débat et réflexion


Le retour de Christian Ntsay à la Primature ne peut être ignoré. C'est un épisode supplémentaire de la tragi-comédie politique que le pays endure depuis quelques mois. Il est intriguant de constater qu'il a été proposé pour ce poste par les mêmes parlementaires qui avaient majoritairement déposé une motion de censure contre lui il y a un an, à laquelle il n'avait échappé que grâce à la protection présidentielle. Cette situation soulève des questions sur le Président, le Premier ministre, les députés et le système politique en général.


Réélection d'Andry Rajoelina : un fait accompli qui interroge

Qu'on le veuille ou non, la réélection d'Andry Rajoelina pour un nouveau mandat est un fait accompli, et pour le moment, l'opposition est désorientée. Dans le jeu politique malgache, Andry Rajoelina a démontré sa supériorité en tant que stratège déterminé. S'il est courant pour les politiciens malgaches de ne pas reculer devant l'usage de la force pour conquérir ou maintenir le pouvoir, Andry Rajoelina avait un avantage unique : l'accès aux forces de sécurité. Ses partisans n'ont pas hésité à user de méthodes arbitraires pour éliminer la concurrence. L'opposition s'est retrouvée acculée, incapable de réagir efficacement. Elle a accumulé des erreurs stratégiques, tandis qu'Andry Rajoelina progressait vers une victoire sans gloire.


L'opposition en manque de soutien populaire

L'une des raisons du revers de l'opposition réside dans son incapacité à comprendre les dynamiques politiques et à adapter ses revendications en conséquence. Demander le rejet de la candidature d'Andry Rajoelina en raison de sa nationalité ou l'annulation du premier tour des élections était voué à l'échec, quelle que soit la légitimité de ces demandes. Il est essentiel de baser l'opposition sur une analyse réaliste des rapports de force plutôt que sur des souhaits irréalisables.


Le Collectif des candidats a tenté de résister, mais il n'a pas réussi à mobiliser suffisamment la population. L'opposition n'a pas su convaincre, et le taux d'abstention lors des élections en est la preuve. Il serait erroné de considérer cette désaffection comme un soutien au pouvoir en place. La majorité des électeurs ont manifesté leur mépris envers les offres politiques disponibles le jour du vote.


L'appétit des politiciens malagasy et la possibilité de transhumance

Il est légitime de se demander si l'appétit bien connu des politiciens malgaches n'a pas incité certains membres du Collectif des candidats à changer de camp. Certains pourraient avoir préféré se taire tout en profitant de nouvelles opportunités. Il sera intéressant de voir si des opposants se rallient à l'Union pour Andry Rajoelina.


Un pays divisé et la gestion actuelle

Des nominations politiques ne suffiront pas à changer la situation : le pays reste profondément divisé, avec une élite politique peu encline à favoriser le dialogue et la confiance nécessaires pour briser des décennies de stagnation économique et sociale.


En ce moment, le clan Rajoelina agit comme s'il avait déjà conquis le pays, et il semble que le non-respect des règles et des normes pourrait continuer à se propager. Les actions répressives sont justifiées au nom de la loi, mais elles ciblent principalement les opposants. Bien que le pouvoir tente de montrer une lutte contre la corruption, la population est habituée aux actions superficielles et médiatisées.


Des tests d'intégrité et de compétence remis en question

L'idée que les futurs membres du gouvernement seront soumis à des tests d'intégrité et de compétence suscite des interrogations. Faire évaluer ces qualités par un ancien auteur de coup d'État et face à la performance économique médiocre du pays est sujet à controverse.


En fin de compte, la réélection d'Andry Rajoelina est un fait accompli qui prévaut, même si cela suscite des questions et des doutes quant à la légitimité et à la justice. La situation actuelle continuera de faire débat, en attendant une éventuelle évolution.

bottom of page