top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Le silence de Rajoelina : quelle implication pour le dialogue politique ?


Les élections présidentielles à Madagascar ont toujours été l'objet de tension et de rivalités. Mais lorsqu'une initiative est lancée pour rassembler tous les candidats en vue d'apaiser ce climat tendu, on s'attend à ce que chacun réponde présent. C'est dans ce contexte que l'absence d'Andry Rajoelina, l'ancien président, à la rencontre organisée par le FFKM suscite tant de débat.


L'initiative du FFKM : une main tendue

Face aux divisions qui règnent dans le paysage politique malgache, le FFKM a choisi d'agir. Réunir tous les candidats autour d'une table est un geste fort, une volonté de mettre de côté les différends pour se consacrer à l'intérêt national. L'idée est de créer un "dialogue inter-malgache", pour discuter, comprendre et, éventuellement, trouver un terrain d'entente.


L'absence remarquée de Rajoelina

Sur les treize candidats, douze ont donné suite à l'invitation du FFKM. Andry Rajoelina, figure emblématique de la politique malgache, a opté pour une représentation par Augustin Andriamananoro. Cette décision pourrait être perçue comme une volonté de prendre ses distances par rapport à l'initiative ou comme une stratégie politique visant à marquer sa différence. Quoi qu'il en soit, cette absence ne passe pas inaperçue.


Un processus en péril ?

Lorsque le représentant de Rajoelina quitte la réunion peu après son commencement, un message fort est envoyé : le dialogue est-il possible dans ces conditions ? Rajoelina, en tant que président sortant et candidat à sa propre succession, joue un rôle majeur sur l'échiquier politique. Sa non-participation peut donc jeter une ombre sur la crédibilité et l'efficacité de l'ensemble du processus.


La détermination du FFKM

Malgré les défis, le FFKM ne montre aucun signe de faiblesse. Il réaffirme sa volonté de conduire le dialogue et invite à une écoute mutuelle. Ce positionnement montre que, malgré les obstacles, l'organisation demeure engagée en faveur de la paix et de l'unité nationales.


Le contexte politique malgache est complexe, et chaque décision prise par les acteurs principaux a des répercussions sur la dynamique globale. L'absence de Rajoelina à la table de négociation suscite bien des questions. Est-ce un acte politique délibéré ? Un signe de désengagement ? Ou simplement une stratégie de différenciation ? Seul l'avenir nous le dira. Dans l'immédiat, la balle est dans le camp du FFKM et des autres candidats pour montrer que le dialogue reste possible, même en l'absence d'un acteur majeur.

5 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page