top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Les ateliers Aubert-Labansat : Gardiens du patrimoine historique

Depuis plus de 130 ans, les Ateliers Aubert-Labansat, basés à Coutances dans la Manche, sont un pilier dans le domaine de la restauration du patrimoine ancien et historique. Cette entreprise, spécialisée dans les travaux de charpente, de menuiserie bois, d’escalier et de treillage, a su préserver et transmettre un savoir-faire unique à travers les générations. De ses débuts modestes à Périers en 1888 à son statut actuel de fleuron local travaillant sur des monuments prestigieux, l’histoire des Ateliers Aubert-Labansat est une épopée marquée par l’innovation, la résilience et l’excellence artisanale.



L’histoire des Ateliers Aubert-Labansat commence en 1888 avec Léon Lebrun, un orphelin né à Vaudrimesnil, qui fonde une entreprise de menuiserie-charpente à Périers. Ses premiers travaux incluent la construction du haras et de l’école communale d’Hudimesnil. En 1920, son gendre, Jules Aubert, reprend l’entreprise. Sous sa direction, l’entreprise s’industrialise en adoptant de nouveaux outils mécaniques tels que la scie à ruban, la raboteuse et la toupie à bois. Ces innovations permettent à l’entreprise de réaliser des projets de plus grande envergure, comme l’hôtel de la Plage à Pirou.


Les deux guerres mondiales posent de grands défis à l’entreprise. Jules Aubert, affaibli par la Première Guerre mondiale, cède la direction de l’atelier à son fils Louis dès 1924, alors que ce dernier n’a que 14 ans. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Louis est fait prisonnier par les Allemands et ne revient qu’après la libération. À son retour, il doit répondre aux besoins urgents de la reconstruction en Normandie, embauchant neuf ouvriers en cinq ans pour répondre à la demande croissante. Après la guerre, Louis Aubert, fervent catholique, commence à se spécialiser dans la restauration du patrimoine religieux. Il collabore avec l’architecte en chef des Monuments historiques, Yves-Marie Froideveaux, sur des projets tels que les abbayes de Lessay et de la Lucerne. Cette collaboration marque le début de l’implication des Ateliers Aubert-Labansat dans la restauration des monuments historiques.


Dans les années 1960, Louis Aubert s’associe avec la famille Labansat, spécialisée également dans la charpente et la menuiserie, mais sur des ouvrages contemporains. Ensemble, ils fondent les Ateliers Aubert-Labansat en 1972 et construisent un atelier à Périers. Cette association permet à l’entreprise de se concentrer sur la restauration des Monuments historiques, employant jusqu’à vingt-cinq salariés. En 1996, l’entreprise est vendue à Dominique Dorléans, qui dépose le bilan deux ans plus tard. En 1999, Gilbert Pierre reprend les Ateliers Aubert-Labansat. Les débuts sont difficiles, mais la tempête du siècle en décembre 1999 génère une forte demande pour les travaux de restauration, relançant ainsi l’activité de l’entreprise.


Sous la direction de Gilbert Pierre, les Ateliers Aubert-Labansat prennent de l’ampleur. En 2006, l’entreprise déménage à Coutances sur un site de 4000 m². Parmi les projets emblématiques réalisés, on compte la restauration du platelage en chêne du pont-passerelle du Mont-Saint-Michel, achevée en 2014 et récompensée à plusieurs reprises. En 2018, Gilbert Pierre passe le relais à Julien Montier, qui continue de perpétuer la tradition d’excellence de l’entreprise.


Aujourd’hui, les Ateliers Aubert-Labansat appartiennent à une holding regroupant les salariés de l’entreprise, renforçant ainsi leur engagement et leur implication dans la pérennité de la société. Vingt-trois des soixante salariés ont choisi de rejoindre le capital, assurant une gestion participative et solidaire.


Les Ateliers Aubert-Labansat sont spécialisés dans la restauration des Monuments historiques, incluant châteaux, manoirs, abbayes, cathédrales et églises. Leur savoir-faire d’excellence est reconnu dans toute la France, particulièrement dans le nord-ouest. Les artisans restaurent, reproduisent à l’identique ou créent de nouveaux ouvrages en respectant l’esthétique de l’ancien. Les travaux incluent également la réalisation de décors en treillage et des ouvrages spéciaux en bois. Soucieux de l’environnement, les Ateliers Aubert-Labansat utilisent principalement du chêne français pour leurs réalisations. Les bois importés ne sont employés que pour des ouvrages spécifiques, tels que les structures immergées, garantissant ainsi une gestion responsable des ressources naturelles.


Les Ateliers Aubert-Labansat continuent de jouer un rôle crucial dans la préservation du patrimoine architectural français. Leur engagement envers la qualité, l’authenticité et la durabilité, combiné à une gestion participative et solidaire, assure la pérennité de leur mission. Chaque projet de restauration entrepris par les ateliers contribue à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine historique, permettant aux générations futures de profiter de ces trésors architecturaux.


En conclusion, les Ateliers Aubert-Labansat incarnent l’excellence artisanale et la passion pour la préservation du patrimoine historique. Leur histoire, marquée par l’innovation, la résilience et l’engagement communautaire, est une source d’inspiration pour tous ceux qui valorisent le patrimoine culturel. Grâce à leur savoir-faire unique et à leur dévouement, les Ateliers Aubert-Labansat continuent de restaurer et de préserver les monuments historiques, contribuant ainsi à la richesse et à la diversité du patrimoine architectural français.

0 vue0 commentaire

Comentarios


bottom of page