top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Macron et le défi électrique : entre souveraineté nationale et solidarité européenne


Dans le sillage des tumultes économiques provoqués par la flambée des prix de l'électricité, le président français Emmanuel Macron s'oriente vers une posture de reprise en main de la politique énergétique nationale, tout en naviguant dans les eaux délicates de la solidarité européenne.


La crise des boulangers de 2022, avec ses implications tangibles pour les commerces de proximité, a illustré l'urgence d'aborder la question de la dépendance énergétique. La France, malgré son expertise nucléaire, s'est retrouvée à importer de l'électricité, exposant ainsi les failles du système européen de fixation des prix. Ce dernier, ancré sur le prix du gaz, est nettement plus élevé que le coût de production nucléaire français, un modèle qualifié d'"absurde" par Macron lui-même.


En exprimant sa volonté de "reprendre le contrôle" du prix de l'électricité, Macron semble s'inspirer du slogan du Brexit. Cette démarche soulève des interrogations quant à la volonté de la France de définir une politique énergétique nationale tout en restant fidèle à la vision européenne. L'équilibre est précaire : bien que fervent défenseur du projet européen, Macron reconnaît l'importance d'une stratégie énergétique autonome pour garantir la compétitivité française, d'autant plus avec l'attrait des prix énergétiques avantageux aux États-Unis.


De nombreux pays européens, dont l'Allemagne, observent avec réticence cette orientation française, craignant un affaiblissement de la cohésion du bloc. Toutefois, le contexte politique actuel, notamment avec les élections européennes en vue, pourrait influencer la dynamique. La France est-elle en train de tracer sa propre voie, à l'image de l'Espagne et du Portugal, qui ont déjà négocié des dérogations?


Ce débat soulève des questions essentielles sur l'équilibre entre souveraineté nationale et collaboration européenne. Avec des défis aussi cruciaux que l'approvisionnement énergétique et la compétitivité économique en jeu, la France et l'Europe sont à la croisée des chemins. La décision de Macron pourrait soit renforcer la solidarité européenne en matière d'énergie, soit ouvrir la voie à une nouvelle ère de politiques énergétiques nationales.


bottom of page