top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Madagascar: selon Christian Ntsay, aucune modification ne sera apportée à la loi électorale

Le temps presse à moins de six mois du premier tour de la présidentielle, les règles de jeu sont claires : le gouvernement n’apportera pas de modifications sur la loi électorale, selon Christian Ntsay.

À moins de six mois du premier tour de l'élection présidentielle, le gouvernement a annoncé qu'aucune modification ne serait apportée à la loi électorale. Lors de la présentation du rapport gouvernemental pour l'année 2022 à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Christian Ntsay a souligné qu'il était délicat de toucher à la loi électorale si près de l'élection présidentielle. Selon lui, une telle opération aurait des répercussions sur l'ensemble du processus électoral. Malgré les propositions de modification de la loi électorale avancées par des organisations de la société civile, le gouvernement reste ferme dans sa décision de ne pas intervenir, afin d'éviter toute accusation d'arrangement de la loi en son propre intérêt. Cette position risque de mécontenter de nombreux acteurs politiques et pourrait avoir des répercussions au niveau de la communauté internationale.


Cependant, des incertitudes persistent quant au financement de l'élection présidentielle, malgré les assurances du Premier ministre. La communauté internationale maintient une certaine ambivalence quant à son soutien financier, privilégiant la mise en place d'un fonds de soutien pour appuyer la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans ses opérations. Malgré cela, le Premier ministre affirme que Madagascar a déjà une longue expérience électorale et que le gouvernement apportera son soutien à la CENI. Les Nations unies ont également exprimé leur volonté d'apporter leur appui après avoir évalué la situation. Ainsi, malgré les défis financiers, la présidentielle se tiendra bien cette année, conformément au calendrier électoral proposé par la CENI et validé par la Haute Cour constitutionnelle. Les règles du jeu sont donc déjà établies, ce qui permet aux candidats aspirant à la magistrature suprême de se préparer en conséquence.

4 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page