top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Marc Ravalomanana : appel à la conscience nationale et politique


L'ancien président Marc Ravalomanana a animé une conférence de presse au Quartier Général du TIM à Belair, attirant une foule massive de partisans, notamment les membres du parti "Zanak’i Dada", les maires, les conseillers municipaux et les députés affiliés à sa formation politique. Cet événement a été marqué par un discours ferme et une volonté affirmée de poursuivre le combat pour ce qu'il estime être un enjeu crucial pour tous les Malgaches.


Une lutte qui persiste

Ravalomanana a clairement exprimé que la bataille n'est pas terminée et qu'elle va s'intensifier. Selon lui, il est temps pour les citoyens de montrer leur détermination et de ne pas craindre l'avenir. Il a également remis en question la transparence de l'élection présidentielle, insinuant que son issue n'a pas été acceptée par tous, notamment en référence au taux de participation jugé faible. Il a lancé un appel explicite à la conscience des forces de l'ordre, soulignant leur rôle crucial dans la protection des biens et des individus.


Critique des acteurs politiques et des institutions

À l'adresse des politiciens, il a exhorté à prioriser l'intérêt supérieur de la Nation, pointant du doigt la Ceni pour l'inefficacité de certains logiciels utilisés dans le calcul des résultats électoraux. Marc Ravalomanana a catégoriquement déclaré qu'il ne reconnaîtra pas les résultats des élections. Il a également salué les efforts de Transparency International, mettant en valeur les enquêtes menées par cette organisation de la société civile.


Dialogue et débats

Évoquant l'encerclement de son domicile par les forces de l'ordre, l'ancien président a rappelé que son statut en tant qu'ancien chef d'État lui confère des droits particuliers, mais s'est montré ouvert au dialogue. De manière distincte, il a abordé les commentaires du professeur Raymond Ranjeva sur le président de la HCC, Florent Rakotoarisoa.


Débattre pour l'avenir de Madagascar

Les propos de Marc Ravalomanana soulèvent des questions cruciales sur la légitimité des élections, la performance des institutions électorales et le rôle des forces de l'ordre. La position ferme de l'ancien président invite à un débat sur la transparence démocratique et l'avenir politique de Madagascar.


Évaluation des réponses institutionnelles

La remise en cause des résultats électoraux par Marc Ravalomanana nécessite une évaluation approfondie des réponses institutionnelles, notamment de la Ceni et des enquêtes menées par des organisations telles que Transparency International. Le débat sur la crédibilité des élections devient un point de focalisation majeur pour la société malgache.


L'appel de Marc Ravalomanana à une conscience politique nationale et à une réévaluation des processus électoraux nécessite une discussion ouverte et éclairée. L'enjeu dépasse le simple résultat des élections pour toucher le cœur de la démocratie et de la représentation politique à Madagascar.

bottom of page