top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Masy Goulamaly recouvre la liberté sous contrôle judiciaire

Près de deux semaines après son arrestation et sa détention en résidence surveillée à Ambovombe, Masy Goulamaly, députée et candidate aux dernières élections législatives, a recouvré sa liberté ce lundi. Cette libération survient après son passage devant le tribunal de première instance d’Ambovombe, accompagnée des dix autres personnes impliquées dans cette affaire. Bien qu’elle soit libre, Masy Goulamaly est placée sous contrôle judiciaire et doit se présenter une fois par mois devant le tribunal.



Arrestation et accusations

Masy Goulamaly a été arrêtée le 30 mai à Tsihombe, au lendemain du scrutin législatif. Cette arrestation fait suite aux incidents qui ont touché le bureau de la Commission Électorale Nationale Indépendante et de la Section de recensement des matériels de votes (SRMV). Transférée à Ambovombe, elle a été placée en résidence surveillée. Lors de son jugement, Masy Goulamaly a réfuté toutes les accusations portées contre elle, affirmant son innocence.


Controverse sur l'immunité parlementaire

Cette affaire a suscité un vif intérêt tant au niveau national qu’international, notamment en raison des questions soulevées concernant l’immunité parlementaire de Masy Goulamaly. Selon un juriste suivant de près ce dossier, le deuxième alinéa de l’article 73 de la Constitution stipule qu’« Aucun député ne peut, pendant les sessions, être poursuivi et arrêté en matière criminelle ou correctionnelle, qu’avec l’autorisation de l’Assemblée, sauf en cas de flagrant délit ». De plus, la loi précise qu’une personne soupçonnée d’avoir enfreint la loi doit faire l’objet d’une enquête au niveau de la police avant de se présenter au parquet pour son procès. Dans ce cas, l’immunité parlementaire de Masy Goulamaly n’aurait pas été respectée.


Répercussions et perspectives

Les répercussions de cette affaire sur la scène politique malgache sont significatives. La détention et la mise sous contrôle judiciaire de Masy Goulamaly soulèvent des questions sur le respect des procédures légales et des droits des parlementaires. Les observateurs attendent de voir comment cette situation évoluera, notamment en ce qui concerne les prochaines sessions parlementaires et les décisions de la justice.


Une situation à surveiller

En conclusion, la libération sous contrôle judiciaire de Masy Goulamaly marque une étape importante dans cette affaire complexe. La question de l’immunité parlementaire et le respect des procédures légales restent au cœur des débats. Les prochains mois seront déterminants pour comprendre les implications de cette affaire sur la scène politique et juridique malgache. La vigilance des acteurs politiques et des observateurs internationaux sera essentielle pour garantir une justice équitable et transparente.


La situation de Masy Goulamaly continue d’être un sujet de préoccupation majeur, et son évolution sera suivie de près par les médias et le public. La protection des droits des parlementaires et le respect des procédures judiciaires sont des éléments cruciaux pour le maintien de la démocratie et de l’État de droit à Madagascar.

5 vues0 commentaire

Comments


bottom of page