top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Mauvaises pratiques d’hygiène : 3,5 millions de journées d’école perdues chaque année

Madagascar : 3,5 millions de journées d’école perdues chaque année à cause de mauvaises pratiques d’hygiène.



À Madagascar, l’insuffisance des installations sanitaires dans les écoles entraîne des millions de journées d’école perdues chaque année, affectant gravement l'éducation des enfants. L’UNICEF intensifie ses efforts pour améliorer les infrastructures et sensibiliser les communautés.


Un impact dévastateur sur l’éducation

Les problèmes d’insalubrité et le manque d’infrastructures sanitaires ont des conséquences majeures sur l’éducation à Madagascar. Chaque année, on estime que 3,5 millions de journées d’école sont perdues à cause de maladies hydriques liées aux mauvaises pratiques d’hygiène. Ces absences fréquentes affectent non seulement la santé des enfants, mais aussi leurs résultats scolaires et leur avenir. Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) travaille en étroite collaboration avec les écoles et les communautés pour pallier ce problème.


L’UNICEF en première ligne

Pour répondre à cette crise, l’UNICEF mène des initiatives visant à construire et à rénover les infrastructures sanitaires dans les établissements scolaires. Un exemple concret de cet engagement est l’action menée au centre Akamasoa Andralanitra, où l’UNICEF a construit et rénové plusieurs blocs sanitaires. Christine Jaulmes, représentante de l’UNICEF à Madagascar, a récemment remis ces installations. Quatre blocs sanitaires pour filles, quatre blocs sanitaires et cinq urinoirs pour garçons sont désormais à la disposition de près de 4 325 élèves.


Des infrastructures essentielles pour la santé et l’éducation

L’importance de ces infrastructures ne peut être sous-estimée. En plus des blocs sanitaires, un forage manuel avec panneaux solaires a été construit pour alimenter ces installations en eau. Ces améliorations sont cruciales pour assurer un environnement scolaire sain, réduire les maladies hydriques et améliorer les performances scolaires. Elles jouent un rôle particulièrement important pour les filles, en réduisant les obstacles liés à l'hygiène menstruelle qui peuvent les empêcher de fréquenter l'école régulièrement.


Une politique éducative inclusive

Le ministère de l’Éducation nationale (MEN) de Madagascar, dans sa politique éducative, met l’accent sur l’amélioration de l’accès à l’éducation, la rétention des élèves et la qualité de l’enseignement. L’accès à l’Eau, l’Assainissement et l’Hygiène (EAH) est reconnu comme une condition essentielle pour atteindre ces objectifs. En intégrant la trilogie EAH dans ses programmes, le MEN cherche à créer un environnement propice à l’apprentissage et à la santé des élèves.


Sensibilisation et éducation

En plus de construire des infrastructures, l’UNICEF met en œuvre des programmes de sensibilisation pour éduquer les élèves et les communautés sur les meilleures pratiques d’hygiène. Ces programmes sont essentiels pour assurer que les nouvelles installations sanitaires soient utilisées correctement et que les bonnes pratiques d’hygiène soient adoptées durablement. La sensibilisation aide également à changer les comportements et à renforcer la prise de conscience sur l’importance de l’hygiène.


Vers un accès amélioré et inclusif

Les efforts de l’UNICEF et du MEN pour améliorer l’accès aux infrastructures sanitaires s’inscrivent dans une démarche plus large visant à promouvoir un accès inclusif et équitable à l’éducation pour tous les enfants. En réduisant les maladies liées à l'eau et en améliorant les conditions sanitaires, ces initiatives contribuent à assurer que tous les élèves, quel que soit leur sexe, peuvent fréquenter l’école dans de bonnes conditions.


Un soutien continu

Les nouvelles installations sanitaires et les programmes de sensibilisation ne sont qu'une partie des efforts continus de l’UNICEF pour soutenir l’éducation à Madagascar. Ces initiatives complètent les autres formes d’aide apportées par l’UNICEF, visant à renforcer la résilience des écoles face aux défis sanitaires et à améliorer les conditions d’apprentissage pour tous les élèves.


À Madagascar, l’insuffisance des installations sanitaires entraîne la perte de millions de journées d’école chaque année, compromettant l’éducation et la santé des enfants. Les efforts de l’UNICEF pour améliorer les infrastructures et sensibiliser les communautés sont essentiels pour changer cette situation. En investissant dans des infrastructures sanitaires de qualité et en promouvant de bonnes pratiques d’hygiène, l’UNICEF contribue à créer un environnement scolaire sain et inclusif, permettant à chaque enfant de bénéficier pleinement de son droit à l’éducation.

2 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page