top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Mayotte intensifie sa lutte contre la délinquance et l'immigration irrégulière avec l'opération 'Wuambushu



Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des outre-mer, a annoncé le lancement d'une seconde opération "Wuambushu" à Mayotte, visant à combattre l'habitat insalubre, l'immigration clandestine, et cibler les chefs de bande. Cette initiative, dévoilée lors d'une interview sur France 2, s'inscrit dans le cadre d'une série d'actions gouvernementales pour renforcer la présence de la République française sur l'île.


Réponse à une situation critique

Un an après une première intervention similaire sous la direction de Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, cette nouvelle opération, nommée "place nette", intensifie les efforts. Avec la mobilisation de 1 700 policiers, gendarmes, et militaires, et une durée prévue de onze semaines, le gouvernement entend démontrer sa détermination à sécuriser l'île. En plus, 100 renforts spécialisés, y compris des policiers aux frontières et des officiers de police judiciaire, sont prévus pour assurer la précision des interventions.


Bilan et objectifs

La première opération "Wuambushu" avait vu la destruction de 700 "bangas" (habitations précaires) et l'arrestation de 60 individus. Pour cette nouvelle phase, les objectifs sont plus ambitieux avec la destruction prévue de 1 300 bangas et l'arrestation de 60 chefs de bande ciblés. Une enveloppe de 5 millions d'euros a été allouée pour l'hébergement d'urgence des migrants interpellés.


Controverses et défis

L'opération se déroule dans un contexte tendu marqué par des violences accrues, comme les récents caillassages de bus scolaires et les affrontements entre bandes locales. Parallèlement, des collectifs citoyens ont exprimé leur frustration face à l'insécurité et à l'immigration en organisant des blocages routiers.


Questionnement sur le droit du sol

En outre, Mme Guévenoux a confirmé la volonté du gouvernement de supprimer le droit du sol à Mayotte, un projet qui nécessiterait une révision constitutionnelle. Cette proposition vise à réduire l'attractivité de l'île pour les immigrants irréguliers, mais elle soulève des inquiétudes quant à sa faisabilité politique, notamment en raison de la composition fragmentée de l'Assemblée nationale.


Perspectives

La répétition de l'opération "Wuambushu" à Mayotte montre une approche résolue mais controversée du gouvernement français pour traiter les problèmes persistants de l'île. Avec des implications importantes pour la sécurité, l'intégration sociale, et les droits des migrants, l'efficacité de ces mesures reste à surveiller, ainsi que leur acceptation par la population locale et la communauté internationale. Les résultats à long terme de ces initiatives pourraient redéfinir l'approche de la France en matière de gouvernance de ses territoires ultramarins.

3 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page