top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Miss France 2024 : Ève Gilles et la controverse qui interroge la société française


Le samedi 16 décembre à Dijon, Ève Gilles, une jeune femme de 20 ans originaire de Dunkerque, a été couronnée Miss France 2024. Cependant, son sacre a rapidement été suivi d'une vague de critiques virulentes sur les réseaux sociaux, mettant en lumière des questions importantes sur la perception de la beauté et de la diversité en France. Cette controverse a également suscité un soutien inattendu de la part de personnalités publiques, y compris des députés.


Les critiques en ligne

Ève Gilles a été prise pour cible sur les réseaux sociaux en raison de sa coupe de cheveux courte et de son corps mince. Les commentaires en ligne ont été nombreux et variés, allant de la critique de son apparence physique à des accusations de "victimisation" en raison de ces caractéristiques. Certains ont suggéré que sa victoire était due à sa déclaration d'être "différente" avec sa coupe de cheveux courte et son discours "woke". D'autres ont remis en question la pertinence de promouvoir des normes de beauté qui ne correspondent pas à la réalité de la diversité féminine.


Dans son discours de cérémonie, Ève Gilles a abordé le sujet du harcèlement, déclarant : "On peut le subir n’importe où. En tant que Miss, je ne pensais pas être critiquée sur mes choix, tels que mon corps que je ne choisis pas." Elle a également évoqué le "body shaming" auquel elle est confrontée au quotidien, soulignant que personne n'est exempt d'imperfections. Elle a conclu en appelant à l'acceptation de soi et à l'ignorance des critiques.


Interrogations sur la perception de la beauté

La controverse autour d'Ève Gilles soulève des questions plus larges sur la perception de la beauté en France en 2023. Les commentaires en ligne et la réaction à sa victoire remettent en question si la longueur des cheveux devrait être un critère de mesure du respect des femmes. Cette controverse incite à réfléchir à la manière dont la société évalue la beauté féminine et la diversité des styles.


Malgré les critiques, Ève Gilles a reçu un soutien inattendu de la part de personnalités publiques. Fabien Roussel, député du Nord et secrétaire national du Parti Communiste Français (PCF), a exprimé son soutien sur les réseaux sociaux. Il a déclaré : "Soutien à Ève Gilles, élue Miss France, qui subit déjà la violence d'une société qui n'accepte pas que les femmes se définissent par elles-mêmes dans toute leur diversité."


La députée écologiste Sandrine Rousseau, elle-même arborant une coupe de cheveux courte, a également réagi. Elle a soulevé une question provocatrice : "Donc, en France, en 2023, on mesure la progression du respect des femmes à la longueur de leurs cheveux ?" Cette interrogation invite à repenser la façon dont la société définit et accepte la beauté des femmes.


Le vote du public et la victoire d'Ève Gilles

Les résultats du concours Miss France 2024 ont révélé une dynamique intéressante. Si seul le vote du public était pris en compte, Ève Gilles n'aurait pas été élue Miss France. Selon les résultats partagés par l'huissier de la cérémonie, maître Simonin, Miss Guyane, Audrey Ho-Wen-Tsaï, était la favorite du public. Cependant, lors du vote final, qui prend en compte à la fois le jury et le public, Ève Gilles a été couronnée Miss France.


Ce mode de calcul souligne l'importance du mélange des votes du jury et du public dans le choix du gagnant. Dans le cas d'Ève Gilles, la préférence du jury pour son style a été déterminante pour sa victoire.


En conclusion, la controverse entourant Ève Gilles, Miss France 2024, invite la société française à réfléchir sur la perception de la beauté, la diversité des styles et la manière dont les femmes sont jugées. Elle remet en question les stéréotypes traditionnels et encourage le débat sur la tolérance et l'acceptation de la diversité dans la société moderne.

42 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page