top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Mission catholique de Sainte-Marie : défis de l'inscription au patrimoine mondial



L'île Sainte-Marie abrite une mission catholique, incluant la plus ancienne église d'Ambodifotatra de cette confession à Madagascar. Cependant, l'inclusion de cette mission dans la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO n'est pas encore garantie. Les réclamations sincères et les supplications entêtées de la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy, n'ont pas abouti lors de la réunion de haut niveau sur la mise en œuvre de la convention sur la protection du patrimoine mondial culturel et naturel. Cette réunion, sous le patronage du Premier ministre, visait à accélérer le processus d'inscription au patrimoine mondial.


Malgré plus de cinq années de travail acharné sur ce dossier, la ministre a dû constater que les résultats escomptés n'ont pas été atteints. Masanori Nagaoka, conseiller régional pour la Culture du bureau régional multisectoriel pour l'Afrique de l'Est de l'UNESCO, est resté professionnel et pragmatique face à la situation. Une séance de travail a été prévue pour explorer les modalités permettant d'accélérer l'inscription de la mission catholique de Sainte-Marie et d'autres éléments du Nord-Est de Madagascar sur la liste des patrimoines mondiaux. Sans avancée significative, il faudrait attendre au moins deux ans pour que la demande soit à nouveau prise en considération par l'UNESCO. L'incertitude demeure quant à la détermination future d'un nouveau ministre de la Culture à s'investir dans ce dossier.


Cette situation a été l'occasion pour le ministère d'annoncer la "relance" du Comité National du Patrimoine avec un élargissement de ses activités. Cette fois, le comité se focalisera non seulement sur le Rova de Manjakamiadana, mais également sur tous les patrimoines de Madagascar, reflétant la richesse culturelle matérielle et immatérielle du pays.

Dans un contexte plus vaste, le conseiller régional pour la Culture du bureau régional multisectoriel pour l'Afrique de l'Est de l'UNESCO a également annoncé la future inscription de la forêt sèche de l'Andrefana sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité. Cette serait la quatrième inscription pour Madagascar.


En somme, la mission catholique de Sainte-Marie illustre les défis complexes liés à l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO. Malgré les efforts et les aspirations, l'issue reste incertaine, mais cette situation stimule également des réflexions sur l'élargissement de la préservation du patrimoine culturel de Madagascar dans son ensemble.

14 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page