top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Nouveaux bombardements sur la bande de Gaza, Israël intensifie son offensive


La situation dans la bande de Gaza reste tendue alors que de nouveaux bombardements ont été signalés, marquant une escalade de l'offensive israélienne contre le Hamas. Les autorités locales rapportent que trente victimes des récents bombardements ont été transportées à l'hôpital Nasser de Khan Younès, portant le bilan à 241 décès dans cette enclave, administrée par le Hamas.


Le mardi 26 décembre, Israël a annoncé une intensification des combats contre le Hamas, malgré les appels internationaux en faveur d'un cessez-le-feu. L'ONU a exprimé sa profonde préoccupation face à la poursuite de ces bombardements, principalement dans le centre et le sud de la bande de Gaza. L'organisation internationale a exhorté les forces israéliennes à prendre toutes les mesures possibles pour protéger les civils pris au milieu de cette violence.


Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Herzi Halevi, a réitéré que cette guerre allait se prolonger pendant de nombreux mois, soulignant la complexité des objectifs visés, à savoir la destruction du Hamas.


Les attaques israéliennes ont principalement ciblé la grande ville de Khan Younès, située dans le sud de l'enclave, où Israël concentre désormais l'essentiel de son offensive. Cette région abrite de nombreux déplacés ayant fui le nord de la bande de Gaza. Des bombardements ont également été signalés au-dessus de la ville voisine de Rafah, près de la frontière égyptienne, où des dizaines de milliers de déplacés vivent dans des conditions précaires.


En réponse à l'escalade des bombardements israéliens, le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, Seif Magango, a lancé un nouvel avertissement. Il a exprimé une profonde inquiétude concernant les bombardements continus dans le centre de Gaza par les forces israéliennes. Il a rappelé l'importance du respect des principes du droit humanitaire international, notamment la distinction entre civils et militaires, la proportionnalité et la précaution.


La France s'est également exprimée sur la situation, exprimant sa grave préoccupation face à l'annonce des autorités israéliennes concernant l'intensification et la prolongation des combats à Gaza. Le gouvernement français a réitéré son appel à un cessez-le-feu immédiat, déplorant les pertes civiles croissantes dues aux bombardements.


La situation dans la bande de Gaza est devenue de plus en plus meurtrière. L'armée israélienne a déclaré avoir frappé plus de cent cibles du Hamas au cours d'une seule journée, notamment des entrées de tunnels et des sites militaires utilisés pour attaquer les soldats. Les villes de Jabaliya, dans le nord, et Khan Younès ont été particulièrement touchées. L'armée israélienne a également annoncé la mort de cinq de ses soldats, portant à 161 le nombre de militaires israéliens tués depuis le début de l'offensive terrestre dans l'enclave le 27 octobre.


De son côté, le ministère de la santé de la bande de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré que, en seulement vingt-quatre heures, trente victimes des bombardements avaient été admises à l'hôpital Nasser de Khan Younès, portant le bilan total à 241 personnes tuées. Le ministère de la santé a également signalé près de 55 000 blessés parmi la population.

L'armée israélienne a annoncé avoir restitué aux autorités locales les corps de 80 Palestiniens tués dans la bande de Gaza au cours des combats. Ces corps avaient été récupérés par l'armée israélienne dans des morgues d'hôpitaux et des tombes collectives, puis transportés en Israël au cours des derniers jours.


La situation humanitaire s'aggrave également avec la compagnie palestinienne des télécommunications, Paltel, qui a annoncé une nouvelle coupure des télécommunications dans l'enclave. C'est la quatrième coupure depuis le début de la guerre, en raison de la poursuite des hostilités. Malgré les appels à l'aide, l'entrée de l'aide humanitaire à Gaza n'a pas significativement augmenté, malgré une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU réclamant un acheminement immédiat et à grande échelle de l'aide.


L'ONU a nommé la ministre néerlandaise des finances sortante, Sigrid Kaag, au poste de coordinatrice de l'aide humanitaire et de la reconstruction de la bande de Gaza. Elle doit prendre ses fonctions le 8 janvier, avec pour mission de faciliter, coordonner, contrôler et vérifier les envois d'aide humanitaire à Gaza. Elle travaillera également à mettre en place un mécanisme des Nations unies pour accélérer les envois d'aide humanitaire à Gaza, en coopération avec des États non parties au conflit.


Au-delà de Gaza, le spectre d'un élargissement du conflit reste préoccupant, avec des échanges de tirs presque quotidiens entre le Hezbollah et l'armée israélienne à la frontière entre le Liban et Israël. Parallèlement, les rebelles houthis au Yémen continuent de mener des attaques contre des navires en mer Rouge et en mer d'Arabie. Les groupes pro-iraniens ont également multiplié leurs attaques contre les troupes américaines en Irak et en Syrie. Les États-Unis ont récemment annoncé avoir mené des frappes aériennes contre trois sites utilisés par des groupes pro-iraniens en Irak. En outre, l'Iran a accusé Israël d'avoir tué lundi l'un de ses hauts gradés dans une frappe de missiles en Syrie.

bottom of page