top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Nouvelle Twingo : la polémique autour de son lieu de production


L'annonce de Luca de Meo, directeur général du groupe Renault, concernant le lancement d'une nouvelle Twingo en 2026 par la filiale Ampere consacrée aux véhicules électriques, a suscité une controverse concernant le lieu de production de ce modèle emblématique. La CGT et le PCF expriment leur opposition à sa production en Slovénie et appellent l'État actionnaire à réagir.

La naissance d'un nouveau modèle Lors du lancement d'Ampere, Luca de Meo avait dévoilé l'ambition de présenter une Twingo en 2026, un modèle phare de la filiale Ampere dédiée aux véhicules électriques. Cette nouvelle version de la Twingo, proposée à un prix abordable de 20 000 euros (hors subventions), se veut connectée, attractive et serait l'un des projets phares de la filiale.

Conception et design de la future Twingo Laurens van den Acker, responsable du design chez Renault, et Gilles Vidal, directeur d'Ampere et ancien pilier de Peugeot, ont collaboré pour concevoir et créer une maquette de cette Twingo du futur. La nouvelle version, légèrement plus longue que le modèle original de 1992, conserve le style décalé qui a fait le succès de la voiture dans les années 90. Le clin d'œil au modèle initial s'illustre notamment par une couleur verte, rappelant la célèbre "grenouille". Les phares en demi-lune, cette fois équipés de LED, et les poignées de porte rondes conservent l'esprit iconique de la Twingo.

La controverse sur le lieu de fabrication La décision de produire cette nouvelle Twingo en Slovénie a provoqué un tollé, principalement de la part de la CGT et du PCF. Ces groupes contestent fortement ce choix et demandent à l'État actionnaire d'intervenir. Ils insistent pour que cette production soit maintenue en France, soulevant des questions autour de l'impact économique et social de cette délocalisation potentielle.

Attentes futures La polémique autour du lieu de production de la nouvelle Twingo reflète les enjeux économiques et sociaux entourant les décisions de localisation de production des grandes entreprises automobiles. L'appel lancé par le PCF interpelle Renault et l'État actionnaire sur cette question délicate, soulevant des questions cruciales sur l'avenir de l'industrie automobile en France et l'impact des délocalisations sur l'emploi et l'économie nationale.


12 vues0 commentaire

Comments


bottom of page