top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Persée, le dernier roi de Macédoine : une légende marquée par la bataille de Pydna

Persée de Macédoine, un roi dont l'ambition de restaurer la gloire de son royaume le conduisit à affronter la puissance romaine.



Né en 212 av. J.-C. et mort en 166 av. J.-C., Persée est le dernier roi de la dynastie des Antigonides. Sa quête pour rétablir l'influence macédonienne en Grèce fut marquée par des luttes de pouvoir, des alliances stratégiques et, finalement, une défaite décisive contre Rome.


L'accession au trône et les premières manœuvres politiques

Persée monte sur le trône de Macédoine en 179 av. J.-C., succédant à son père, Philippe V. Son accession est entachée de soupçons de fratricide, car il aurait persuadé son père de faire exécuter son frère Démétrios, partisan des Romains. Une fois au pouvoir, Persée tente de renouveler le traité de paix avec Rome, cherchant à consolider sa légitimité. Cependant, ses actions passées ne lui valent pas les faveurs de Rome.


La question septentrionale et les défis internes

Dès son avènement, Persée doit faire face aux menaces des Dardaniens et des Bastarnes. Son père avait tenté de renforcer la frontière septentrionale en faisant alliance avec les Bastarnes, mais cette stratégie provoque des tensions. En parallèle, les Thraces sous le règne d'Abroupolis envahissent le nord de la Macédoine, ajoutant aux préoccupations du jeune roi. Malgré la répression de ces invasions, la menace thrace reste constante, exacerbant les tensions avec Rome.


Une politique d'alliance et de réforme

Persée hérite d'un royaume que son père a revitalisé, notamment en réorganisant les finances et en menant des politiques natalistes. Pour apaiser les mécontentements dus à la pression fiscale, Persée promulgue un décret d'amnistie pour les débiteurs en exil et les prisonniers, une décision largement propagée dans les sanctuaires panhelléniques de Delphes et Délos.


Cherchant à restaurer l'hégémonie macédonienne en Grèce, Persée s'allie avec la Ligue étolienne et obtient une majorité de délégués à l'amphictyonie de Delphes. Il utilise la crise économique et sociale frappant la Thessalie et l'Étolie pour soutenir les classes inférieures endettées, espérant ainsi réduire l'influence romaine.


Alliances stratégiques et montée des tensions avec Rome

Face à la montée en puissance de Pergame sous Eumène II, Persée forge des alliances matrimoniales avec les Séleucides et Prusias de Bithynie. Il épouse Laodicé V, fille de Séleucos IV, et sa sœur Apama épouse Prusias. Il renforce également ses liens avec Rhodes, inquiet de l'influence pergamienne.


Cependant, l'assassinat de Séleucos IV et la montée au pouvoir d'Antiochos IV, allié de Pergame, compliquent les relations de Persée avec les Séleucides. Rome, inquiète de ces alliances, envoie des ambassades pour surveiller la situation. En 174 av. J.-C., une première ambassade romaine retourne sans avoir rencontré Persée, mais une deuxième mission en 173 av. J.-C. parvient à contenir l'influence macédonienne en Thessalie et en Étolie, réduisant ainsi l'emprise de Persée.


La bataille de Pydna et la chute de la Macédoine

La tension entre Rome et la Macédoine atteint son apogée lors de la troisième guerre macédonienne. En 168 av. J.-C., Persée affronte les forces romaines à la bataille de Pydna. La défaite décisive de Persée marque la fin de son règne et la disparition du royaume de Macédoine, absorbé par l'Empire romain.


Persée, dernier roi de la dynastie des Antigonides, est un personnage complexe dont le règne est marqué par des ambitions de restauration et des luttes incessantes contre des adversaires internes et externes. Sa défaite à Pydna scelle le sort de la Macédoine, faisant de lui une figure tragique de l'histoire, victime de l'expansion impérialiste romaine.

9 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

תגובות


bottom of page