top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Polémique autour de la dotation des motos : un geste mal interprété ?


Les dotations matérielles pour les responsables publics ne sont pas nouvelles. Néanmoins, leur calendrier et leur nature peuvent parfois susciter des débats. C'est le cas actuel à Madagascar, où la décision d'équiper chaque délégué d'arrondissement d'une moto a déclenché des vagues de controverse.


Deux mois auparavant, lors d'une réunion du conseil des ministres, il fut décidé de fournir une moto à chaque délégué d'arrondissement. Cette décision répondait à une demande récurrente de ces responsables souvent confrontés à des difficultés de mobilité dans l'exercice de leurs fonctions. Sur le terrain, ces délégués assurent une variété de missions vitales pour la communauté, allant de la supervision des fokontany à la gestion administrative des marchés communaux. Pour eux, une telle dotation représente donc un outil précieux pour améliorer l'efficacité de leurs interventions.


Cependant, tout n'est pas aussi simple. La distribution de ces motos survient à un moment délicat : la période électorale. Ce timing a soulevé des interrogations, voire des suspicions, au sein de la classe politique. L'accusation principale porte sur une potentielle tentative d'influencer les responsables en faveur du candidat du gouvernement.


La situation est d'autant plus tendue que les chefs de district ont également bénéficié de dotations sous forme de véhicules 4x4, renforçant ainsi les soupçons d'un agenda caché. L'analyste politique Serge Zafimahova souligne les préoccupations liées à la transparence budgétaire de ces actions et insinue qu'il pourrait s'agir d'une stratégie pour gagner le soutien de ces administrateurs lors des prochaines élections.


Cette controverse interpelle sur la neutralité de l'administration, un principe jadis défendu vigoureusement par le Premier ministre Christian Ntsay. En 2018, sous son égide, des mesures strictes ont été mises en place pour garantir cette neutralité, notamment à travers le changement de plaques d'immatriculation pour les véhicules administratifs et la directive aux fonctionnaires de s'abstenir d'activités politiques pendant les élections. Aujourd'hui, ce principe semble être relégué au second plan.


L'atmosphère est devenue électrique, avec une méfiance croissante à l'égard des organismes en charge des élections. Les adversaires du président Andry Rajoelina pointent du doigt une possible partialité de la part du gouvernement. Le ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation est particulièrement sous le feu des critiques, surtout après la publication d'une note exhortant les préfets et les chefs de district à informer régulièrement la population des réalisations gouvernementales.


En conclusion, bien que la dotation de motos puisse sembler être une initiative bien intentionnée pour faciliter le travail des délégués, le contexte actuel entache sa perception. Il convient maintenant d'observer comment cette situation évoluera et si elle influencera ou non les prochains scrutins.

5 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page