top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Présidentielle Américaine : le système électoral actuel sous le feu des critiques pour encourager le doute et les controverses


Washington, États-Unis - Le 15 avril 2024, le Maine a rejoint le pacte sur le vote populaire national, devenant le dix-septième État à adhérer à cet accord visant à garantir que le candidat à la présidence ayant remporté la majorité des voix au niveau national soit déclaré vainqueur. Ce développement, salué par les initiés, met en lumière les controverses persistantes du système électoral américain.



Un pas vers la réforme : le pacte sur le vote populaire national

L’adhésion du Maine au pacte sur le vote populaire national marque une étape importante dans la quête de réforme électorale aux États-Unis. Cet accord, initié pour la première fois en 2007, vise à contourner le système du collège électoral sans nécessiter une modification de la Constitution. Les États signataires s’engagent à attribuer leurs grands électeurs au candidat ayant remporté la majorité des voix au niveau national, et non en fonction du résultat de leur propre État.


L’objectif de cette initiative est d’éviter des situations où un candidat peut devenir président sans avoir gagné le vote populaire, une anomalie survenue à cinq reprises dans l’histoire américaine : en 1824, 1876, 1888, 2000, et plus récemment en 2016 avec l’élection de Donald Trump.


Les controverses du collège électoral

Le système du collège électoral, en vigueur depuis la fondation des États-Unis, est souvent critiqué pour son caractère non représentatif. Dans ce système, chaque État dispose d’un certain nombre de grands électeurs proportionnel à sa population. Le candidat qui remporte la majorité des voix dans un État gagne tous les grands électeurs de cet État (à l'exception du Maine et du Nebraska qui utilisent un système proportionnel).


Ce mécanisme peut mener à des résultats controversés où un candidat peut remporter la présidence malgré une minorité de votes populaires. Cette situation a généré des doutes et des controverses sur la légitimité des résultats électoraux, notamment lors des élections de 2000 et 2016.


Les implications du pacte sur le vote populaire national

Avec l'adhésion du Maine, le pacte sur le vote populaire national compte désormais dix-sept États et le district de Columbia, représentant un total de 196 grands électeurs. Pour que le pacte entre en vigueur, il doit atteindre un seuil de 270 grands électeurs, soit la majorité nécessaire pour gagner la présidence. Une fois ce seuil atteint, les États signataires attribueront leurs grands électeurs au vainqueur du vote populaire national, garantissant ainsi que le candidat ayant le soutien de la majorité des électeurs américains soit élu.


Les partisans de la réforme

Les défenseurs du pacte sur le vote populaire national soutiennent que cette réforme renforcerait la démocratie en garantissant que chaque vote compte de manière égale. Ils arguent que le système actuel marginalise les électeurs des États fortement dominés par un parti, où le résultat est souvent considéré comme acquis. En revanche, le pacte encouragerait les candidats à faire campagne dans tous les États, y compris ceux qui sont traditionnellement négligés.


Les opposants et leurs arguments

Les opposants à cette réforme soulignent que le collège électoral est une composante essentielle du fédéralisme américain, conçue pour équilibrer le pouvoir entre les États de différentes tailles. Ils craignent que l’abolition de ce système puisse concentrer encore plus le pouvoir dans les grandes zones urbaines, au détriment des régions rurales et moins peuplées. De plus, certains critiquent le pacte pour sa tentative de modifier indirectement un aspect fondamental de la Constitution sans passer par le processus d'amendement formel.


Les défis et perspectives d’avenir

Alors que le pacte gagne en popularité, il fait face à des défis juridiques et politiques. Certains États non signataires pourraient contester sa légalité, arguant qu'il contourne le mécanisme constitutionnel du collège électoral. De plus, la question de savoir si le pacte survivra aux changements politiques et aux alternances de pouvoir demeure incertaine.


Malgré ces défis, le mouvement pour le vote populaire national continue de gagner du terrain. Les récentes controverses électorales et la polarisation politique accrue ont renforcé les appels à une réforme électorale significative. Pour beaucoup, le pacte représente une voie pragmatique vers un système plus démocratique et équitable.


Un système électoral à réinventer

Le débat autour du système électoral américain et du collège électoral est loin d'être nouveau, mais il a gagné en intensité à mesure que les élections récentes ont mis en lumière ses faiblesses. Le pacte sur le vote populaire national propose une solution audacieuse, cherchant à aligner les résultats électoraux avec la volonté populaire sans nécessiter une révision constitutionnelle directe.


En conclusion, l'adhésion du Maine au pacte sur le vote populaire national est un développement significatif dans le mouvement pour réformer le système électoral américain. Alors que le débat se poursuit, il reste à voir si ce pacte parviendra à atteindre son objectif de 270 grands électeurs et, ce faisant, transformer fondamentalement la manière dont les présidents sont élus aux États-Unis. Les prochaines élections et les réactions des autres États seront déterminantes pour l'avenir de cette initiative et de la démocratie américaine.

2 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page