top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Protection des journalistes : l'OJM prend position contre les agressions en période de troubles


Dans un climat de tensions croissantes et de manifestations politiques, un nouvel incident a mis en lumière les risques croissants auxquels sont confrontés les journalistes à Madagascar. L'Observatoire des Journalistes Malgaches (OJM) a récemment condamné un acte de violence survenu lors des manifestations du 13 octobre à Ampasampito, où un journaliste a été non seulement agressé mais également dépossédé de son téléphone. Cette attaque, loin d'être un cas isolé, souligne les dangers que rencontrent les professionnels des médias dans l'exercice de leurs fonctions, en particulier dans des environnements marqués par des conflits civils et politiques.


L'OJM, en réponse à cet incident, n'a pas seulement exigé la restitution immédiate des biens du journaliste mais a également élaboré une stratégie proactive. Reconnaissant la nécessité d'une protection plus large et plus efficace pour les journalistes sur le terrain, l'organisation cherche à établir une collaboration avec la communauté internationale. L'objectif est clair : assurer la sécurité des journalistes, qui jouent un rôle crucial dans la documentation de la vérité et la fourniture d'informations objectives en ces temps turbulents.


La condamnation par l'OJM de toute forme de violence contre les journalistes témoigne de son engagement à défendre la liberté de la presse. En rappelant que les journalistes, malgré la diversité de leurs opinions et de leurs affiliations, appartiennent à une "grande famille", l'OJM réaffirme l'universalité des principes journalistiques et la nécessité de solidarité au sein de la profession.


En plus de ces mesures, l'OJM a mis en avant l'importance de la visibilité et de l'identification des journalistes lorsqu'ils couvrent des événements potentiellement dangereux. Il encourage les reporters à porter des gilets clairement marqués indiquant leur statut de presse et à avoir sur eux leurs cartes professionnelles. Ces précautions, bien qu'elles puissent sembler élémentaires, sont cruciales dans la prévention des malentendus ou des attaques ciblées dans des situations chaotiques.


En suivant de près le cas de l'agression récente, l'OJM montre qu'il ne s'agit pas simplement d'un porte-parole passif. Sa surveillance active des menaces contre les journalistes et son plaidoyer pour des mesures de sécurité renforcées font de l'organisation un acteur clé dans la lutte pour la protection des acteurs médiatiques à Madagascar.


Cette affaire soulève une question plus vaste sur la sécurité des journalistes dans le monde entier. Dans une ère où les fausses nouvelles et les attaques contre les médias sont de plus en plus courantes, la réponse de l'OJM est un rappel que la vérité est souvent accompagnée de risques, et que la protection de ceux qui la cherchent est une responsabilité partagée, nécessitant une action locale et internationale.

bottom of page