top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Quels animaux hibernent en hiver ?

L’hibernation est une stratégie fascinante utilisée par certains animaux pour survivre aux rigueurs de l’hiver. Ce processus complexe permet à ces créatures de conserver leur énergie en réduisant considérablement leur métabolisme.



L’hibernation est un état d’hypothermie régulée permettant aux animaux de survivre pendant les mois froids. En abaissant leur métabolisme et en puisant dans leurs réserves de graisse, ces animaux traversent l’hiver sans besoin constant de nourriture. Cette adaptation naturelle est essentielle pour de nombreux mammifères et quelques oiseaux et reptiles.


Les véritables hibernants

Les animaux qui hibernent réellement subissent une diminution profonde de leur température corporelle et une baisse drastique de leur métabolisme. Parmi ces hibernants, on trouve :

  • Les marmottes : Ces rongeurs sont parmi les hibernants les plus connus. Elles entrent en hibernation dès les premiers signes de l’hiver, réduisant leur température corporelle et leur rythme cardiaque pour survivre dans leurs terriers.

  • Les loirs et les lérots : Ces petits rongeurs passent l’hiver en état de torpeur profonde, souvent dans des nids souterrains ou des cavités protégées.

  • Les spermophiles : Ces écureuils terrestres, comme le spermophile arctique, abaissent leur température corporelle à des niveaux proches de zéro.

  • Les hérissons : Ils cherchent des abris pour hiberner, où ils entrent dans un état de léthargie, réduisant leur température corporelle pour économiser de l’énergie.


Certaines chauves-souris : Beaucoup d’espèces de chauves-souris, en particulier celles des régions tempérées, hibernent dans des grottes ou des bâtiments abandonnés.


Les semi-hibernants

Certains animaux réduisent leur métabolisme pendant l’hiver mais n’entrent pas en hibernation profonde. Ils sont souvent capables de se réveiller rapidement si nécessaire. Parmi eux, on trouve :

  • Les ours : Souvent considérés à tort comme de véritables hibernants, les ours entrent en hivernation, une forme de somnolence hivernale. Leur température corporelle reste relativement stable et ils peuvent se réveiller facilement.

  • Les blaireaux, les ratons laveurs et les opossums : Ces animaux connaissent des périodes de sommeil profond entrecoupées de réveils fréquents.


Les reptiles et amphibiens en brumation

Pour les animaux à sang froid, le terme approprié est la brumation, un état similaire à l’hibernation mais adapté à leur physiologie. Parmi ces animaux, on trouve :

  • Les grenouilles : Beaucoup de grenouilles se cachent dans la boue ou sous l’eau pour éviter le froid.

  • Les lézards et les tortues : Ces reptiles ralentissent leur métabolisme et se cachent dans des endroits protégés pour survivre à l’hiver.

  • Certains poissons : Ils réduisent leur activité et se déplacent vers des eaux plus profondes et plus stables en température.


Les caractéristiques de l’hibernation

L’hibernation implique plusieurs adaptations physiologiques :

  • Réduction du métabolisme : Les animaux hibernants diminuent leur consommation d’oxygène, leur rythme respiratoire et cardiaque, et leur flux sanguin.

  • Stockage de graisse : Avant d’hiberner, les animaux accumulent des réserves de graisse pour fournir l’énergie nécessaire pendant l’hiver.

  • Terriers et abris : Les animaux créent des hibernacula, des terriers ou des nids, pour se protéger des variations thermiques et des prédateurs.

  • Réveils périodiques : Même en hibernation, les animaux se réveillent parfois pour éliminer les déchets métaboliques et prévenir les dommages physiologiques.


L’hibernation est une stratégie complexe et efficace permettant à de nombreux animaux de survivre aux rigueurs de l’hiver. Comprendre ces mécanismes nous révèle l’ingéniosité de la nature et la diversité des adaptations biologiques. Ces connaissances peuvent également offrir des insights pour des applications médicales et technologiques humaines.

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page