top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Qui était Esarhaddon ?

Esarhaddon, également connu sous le nom d'Ashur-aha-iddina en akkadien, fut l'un des plus remarquables souverains de l'Empire néo-assyrien. Il régna de 681 à 669 avant notre ère et est particulièrement connu pour ses campagnes militaires, ses projets de construction ambitieux et ses efforts pour restaurer Babylone, précédemment détruite par son père, Sennacherib. Sa politique de réconciliation et son habileté diplomatique ont marqué une période charnière dans l'histoire de l'Assyrie.

Esarhaddon est né vers 713 avant J.-C., fils de Sennacherib et de la reine Naqi'a. Contrairement à certains de ses prédécesseurs, Esarhaddon a dû faire face à une montée en puissance tumultueuse vers le trône. Son ascension a été marquée par une lutte sanglante pour le pouvoir, culminant avec l'assassinat de son père en 681 avant J.-C. par ses frères aînés. Ce coup d'État interne a provoqué une guerre civile, mais Esarhaddon, grâce à son habileté militaire et à la loyauté de ses partisans, a rapidement triomphé de ses frères et consolidé son autorité.

 

L'un des aspects les plus mémorables du règne d'Esarhaddon est sa campagne pour reconquérir l'Égypte, qui avait été perdue par ses prédécesseurs. En 675 avant J.-C., Esarhaddon lança une expédition militaire audacieuse contre le pharaon Taharqa de la XXVe dynastie nubienne. Après plusieurs batailles difficiles, il réussit à capturer Memphis en 671 avant J.-C., marquant une victoire majeure pour l'Assyrie et rétablissant son contrôle sur l'Égypte. Cette victoire renforça non seulement la position de l'Assyrie en tant que superpuissance de l'époque, mais elle permit également d'établir des garnisons et des administrateurs assyriens dans la région, assurant une domination durable.

 

En parallèle de ses exploits militaires, Esarhaddon est également reconnu pour ses efforts de reconstruction et de développement architectural. L'un de ses projets les plus significatifs fut la reconstruction de Babylone. Son père, Sennacherib, avait détruit la ville en 689 avant J.-C., un acte qui avait provoqué l'indignation et la rébellion parmi les Babyloniens. Conscient de l'importance culturelle et religieuse de Babylone, Esarhaddon entreprit de restaurer la ville à son ancienne gloire. Il supervisa la reconstruction des temples, des palais et des murailles, rétablissant Babylone en tant que centre religieux et culturel majeur. Ce geste de réconciliation fut également un acte politique stratégique, visant à apaiser les tensions et à gagner la loyauté des Babyloniens.

 

Esarhaddon était également un administrateur avisé, mettant en place diverses réformes pour améliorer l'efficacité de son empire. Il restructura l'administration provinciale, veillant à ce que des gouverneurs compétents et loyaux soient en place. De plus, il renforça les systèmes de communication et de transport, facilitant le contrôle et la gestion des vastes territoires assyriens. Les inscriptions royales et les correspondances administratives de cette période montrent un roi soucieux de la justice et de la prospérité de ses sujets.

 

La diplomatie jouait également un rôle crucial sous le règne d'Esarhaddon. Il maintenait des relations équilibrées avec les royaumes voisins grâce à des alliances stratégiques et des mariages diplomatiques. Sa politique étrangère se caractérisait par un mélange de fermeté militaire et de négociations habiles, assurant ainsi la stabilité de son empire et prévenant les conflits majeurs. Les alliances avec les rois d'Urartu, de Phrygie et d'autres royaumes anatoliens témoignent de sa capacité à naviguer dans un paysage politique complexe.

 

Cependant, le règne d'Esarhaddon n'était pas exempt de défis. Les tensions internes au sein de la cour, les révoltes provinciales et les menaces externes constantes nécessitaient une vigilance et une réponse rapide. Vers la fin de son règne, Esarhaddon dut également faire face à des problèmes de santé qui affectèrent sa capacité à gouverner. Conscient de la nécessité de préparer une succession stable, il nomma son fils aîné, Ashurbanipal, comme héritier au trône d'Assyrie, et son autre fils, Shamash-shum-ukin, comme roi de Babylone. Cette décision stratégique visait à prévenir les conflits de succession et à maintenir l'unité de l'empire.

 

Esarhaddon mourut en 669 avant J.-C. lors d'une campagne militaire en Égypte, laissant derrière lui un empire fort et bien administré. Son règne est souvent vu comme une période de transition entre l'apogée de l'Assyrie et les défis qui allaient suivre sous le règne de ses successeurs. Les réformes administratives, les projets de construction et les stratégies militaires d'Esarhaddon ont eu un impact durable sur la structure et la stabilité de l'empire assyrien.

 

L'héritage d'Esarhaddon est complexe et multidimensionnel. D'une part, il est célébré comme un conquérant et un bâtisseur, un roi qui a su renforcer et étendre l'empire assyrien tout en restaurant des villes et des sanctuaires importants. D'autre part, ses efforts pour promouvoir la justice, la réconciliation et la prospérité économique démontrent une vision plus large de la gouvernance, où la force brute était équilibrée par la diplomatie et l'administration éclairée. En somme, Esarhaddon fut un souverain qui comprit les nuances du pouvoir et sut les utiliser pour créer un héritage durable dans l'histoire de l'Assyrie et du monde antique.

12 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

ความคิดเห็น


bottom of page