top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Qui était Hubert Garbit ?

Hubert Garbit, né en 1869 en France, fut un administrateur colonial français qui marqua l'histoire de Madagascar au début du 20ème siècle. Après des études de droit, il entama une carrière dans l'administration coloniale qui le mena à Madagascar en 1896, année où l'île devint officiellement une colonie française. Sa carrière atteignit son apogée lorsqu'il fut nommé gouverneur général de Madagascar en 1920, un poste qu'il occupa jusqu'en 1923.

Le mandat de Garbit à Madagascar s'inscrivit dans un contexte historique complexe. L'île était sous domination française depuis près d'un quart de siècle, et bien que la résistance armée eût été largement écrasée, le mécontentement couvait toujours parmi la population malgache. Les mouvements nationalistes commençaient à s'organiser, notamment avec la création du mouvement Vy Vato Sakelika (VVS) en 1913. De plus, Madagascar sortait tout juste de la Première Guerre mondiale, durant laquelle de nombreux Malgaches avaient été envoyés combattre en Europe ou travailler dans les usines françaises.

 

Dès son arrivée au poste de gouverneur général, Garbit dut faire face à plusieurs défis, notamment économiques. La guerre avait perturbé les échanges commerciaux et l'économie malgache en avait souffert. Garbit s'efforça de relancer l'activité économique, encourageant notamment le développement de l'agriculture d'exportation. Il porta une attention particulière à la culture du café et du manioc. Sur le plan des infrastructures, il poursuivit le développement du réseau routier et s'intéressa à l'amélioration du port de Tamatave (aujourd'hui Toamasina).

 

L'un des aspects les plus notables de l'administration de Garbit fut sa politique envers la population malgache. Contrairement à certains de ses prédécesseurs qui avaient adopté une approche plus autoritaire, Garbit tenta une politique qu'il qualifiait de "collaboration". Cette politique visait à associer davantage les Malgaches à l'administration de leur pays, bien que toujours sous tutelle française. Il créa des conseils consultatifs indigènes, où des notables malgaches pouvaient exprimer leurs opinions sur certaines questions administratives. Cependant, cette "collaboration" restait très limitée et le système de l'indigénat demeurait en vigueur.

 

Dans les domaines de l'éducation et de la santé, Garbit poursuivit les efforts de ses prédécesseurs. Il développa le système scolaire colonial, augmentant le nombre d'écoles primaires et créant de nouvelles écoles professionnelles. Dans le domaine de la santé, il encouragea la construction de nouveaux hôpitaux et dispensaires, notamment dans les zones rurales. Cependant, ces efforts restaient limités et une grande partie de la population n'avait toujours pas accès à des soins de qualité.

 

Face à la montée des mouvements nationalistes, Garbit adopta une approche ambivalente. D'un côté, il maintint une surveillance étroite et n'hésita pas à réprimer les manifestations les plus ouvertes de nationalisme. De l'autre, sa politique de "collaboration" peut être vue comme une tentative de coopter une partie de l'élite malgache pour désamorcer les tensions.

 

Bien que relativement court, le mandat de Garbit à Madagascar laissa une empreinte durable sur le pays. Ses politiques économiques contribuèrent à façonner l'économie malgache pour les décennies à venir. Sa politique de "collaboration", malgré ses limites, ouvrit la voie à une plus grande participation des Malgaches dans l'administration de leur pays. L'expansion du système éducatif sous son mandat contribua à la formation d'une élite malgache instruite qui, paradoxalement, jouera plus tard un rôle clé dans le mouvement d'indépendance.

 

Hubert Garbit quitta son poste de gouverneur général en 1923, laissant derrière lui un héritage complexe. Son administration, bien qu'ayant tenté certaines réformes, maintint les structures fondamentales de la domination coloniale. Néanmoins, son approche plus conciliante et ses efforts pour développer l'économie et les infrastructures de l'île marquèrent une étape importante dans l'histoire coloniale de Madagascar.

4 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page