top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Qui est Ebrahim Raïssi ?



Ebrahim Raïssi, également connu sous le nom d'Ebrahim Raisol-Sadati, est une figure influente de la politique iranienne et un religieux chiite. Né le 14 décembre 1960 à Mashhad, il occupe actuellement le poste de président de la République islamique d'Iran depuis le 3 août 2021.


Sa carrière dans le système judiciaire islamique a débuté en 1980, peu après la révolution iranienne. À partir de 1985, il a occupé le poste de procureur-adjoint à Téhéran, où il a été impliqué dans la répression et les exécutions massives d'opposants en 1988. Cette période a été marquée par des événements controversés, et bien qu'il ait nié sa participation à ces actes, il a rendu hommage à l'ordre donné par l'ayatollah Khomeiny condamnant à mort les opposants politiques considérés comme apostats.


Raïssi a gravi les échelons de la hiérarchie judiciaire, devenant procureur général de l'Iran de 2014 à 2016. Il a ensuite dirigé la fondation Astan-e Qods Razavi, une des plus grandes fondations religieuses du monde musulman, de 2016 à 2019. En 2019, il est devenu chef du système judiciaire iranien, un poste clé dans le pays.


Sur le plan politique, Raïssi s'est présenté à l'élection présidentielle iranienne de 2017, mais a été battu par le président sortant Hassan Rohani dès le premier tour. Cependant, sa candidature en 2021 a été couronnée de succès, remportant l'élection dès le premier tour avec 72 % des voix. Sa victoire a été perçue comme le résultat du soutien du régime conservateur en place.


Lors de son mandat présidentiel, Raïssi a été confronté à divers défis, notamment des manifestations violentes en 2022, déclenchées par la mort de Mahsa Amini. Ces manifestations ont été interprétées comme une expression de mécontentement populaire contre le gouvernement. Raïssi a réagi en accusant des "ennemis" extérieurs de fomenter des troubles, une rhétorique typique du régime islamique.


Par ailleurs, des organisations telles qu'Amnesty International ont appelé à une enquête sur Raïssi pour des allégations de crimes contre l'humanité, notamment son implication présumée dans des disparitions forcées et des exécutions extrajudiciaires d'opposants en 1988.

12 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page