top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Qui est Issad Rebrab ?



Issad Rebrab est un homme d'affaires algérien né le 27 mai 1944 à Taguemount-Azzouz, en Algérie. Il est surtout connu pour être le fondateur et président du groupe Cevital, l'un des plus grands conglomérats industriels et agroalimentaires d'Afrique.


Rebrab a commencé sa carrière dans le secteur des finances avant de se lancer dans l'entrepreneuriat. En 1971, il fonde Cevital, qui débute comme une petite entreprise dans le domaine de l'électroménager en Algérie. Au fil des ans, Rebrab a réussi à développer Cevital pour en faire l'un des principaux groupes industriels en Algérie et sur le continent africain.

Sous sa direction, Cevital s'est diversifié dans plusieurs secteurs, notamment l'agroalimentaire, la sidérurgie, la distribution, l'immobilier et les services. Le groupe possède et exploite plusieurs usines de production dans divers pays africains et ailleurs dans le monde. Issad Rebrab est également connu pour son engagement dans le développement économique et social de l'Algérie. Il a investi dans plusieurs projets visant à créer des emplois, à développer l'industrie locale et à promouvoir l'entrepreneuriat en Algérie.


En plus de ses activités commerciales, Rebrab est également impliqué dans des initiatives philanthropiques. Il a fondé la Fondation Issad Rebrab, une organisation caritative qui soutient diverses initiatives dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'environnement et du développement communautaire en Algérie.

Malgré son succès dans les affaires, Issad Rebrab a été confronté à des défis juridiques et politiques en Algérie. En 2019, il a été placé en détention dans le cadre d'une enquête sur la corruption, mais il a depuis été libéré sous caution. Ses partisans soutiennent qu'il est victime de motivations politiques.


Issad Rebrab reste néanmoins une figure importante dans le monde des affaires en Algérie et en Afrique, et son influence continue d'être ressentie à travers ses activités commerciales et ses efforts philanthropiques.


Comentarios


bottom of page