top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Qui est Xerxès Ier ?

Xerxès Ier, également connu sous le nom de Xerxès le Grand, est l'un des souverains les plus emblématiques de l'Empire perse achéménide. Son règne, qui s'étend de 486 à 465 avant J.-C., est marqué par des réalisations impressionnantes ainsi que des défis considérables. Fils de Darius Ier, Xerxès a hérité d'un empire vaste et puissant, mais il a dû faire face à des révoltes internes et à des guerres contre les Grecs. À travers une exploration de sa vie, de ses conquêtes et de son héritage, nous découvrons un roi complexe et déterminé.

Montée au pouvoir

Xerxès Ier monte sur le trône après la mort de son père, Darius Ier, en 486 avant J.-C. Son accession au pouvoir est relativement pacifique, grâce à la solidité du règne de Darius qui avait assuré une succession sans heurts. Toutefois, Xerxès doit rapidement faire face à des révoltes dans certaines parties de l'empire, notamment en Égypte et en Babylonie. Ces révoltes sont réprimées avec fermeté, consolidant ainsi son autorité. La manière dont Xerxès gère ces crises montre sa détermination à maintenir l'unité et la stabilité de l'empire.

 

Guerres contre la Grèce

L'une des périodes les plus célèbres du règne de Xerxès Ier est sa campagne militaire contre les cités-États grecques. Héritant du conflit commencé par son père, Xerxès organise une expédition massive en 480 avant J.-C. pour venger la défaite perse à Marathon et soumettre la Grèce. Il rassemble une armée et une flotte considérables, traversant l'Hellespont grâce à un pont de bateaux et marchant à travers la Thrace et la Macédoine pour atteindre la Grèce centrale.

 

La campagne de Xerxès est marquée par plusieurs batailles emblématiques. La bataille des Thermopyles, où une petite force grecque menée par le roi Léonidas II de Sparte résiste héroïquement à l'armée perse (les fameux 300), est particulièrement célèbre. Bien que les Perses finissent par l'emporter, cette bataille devient un symbole de résistance et de courage pour les Grecs. Ensuite, Xerxès avance et prend Athènes, mais sa flotte subit une défaite décisive lors de la bataille de Salamine. Cette défaite navale affaiblit considérablement les forces perses et oblige Xerxès à se retirer, laissant une partie de son armée en Grèce sous le commandement de Mardonios. Finalement, les Grecs remportent une victoire décisive à la bataille de Platées en 479 avant J.-C., mettant fin aux ambitions de Xerxès de conquérir la Grèce.

 

Administration et construction

En dépit de ses revers militaires en Grèce, Xerxès Ier continue de gouverner efficacement l'Empire perse et de mener des projets de construction ambitieux. Il achève plusieurs grands travaux commencés par son père, notamment à Persépolis, où il ordonne la construction de nouvelles structures, comme la Salle des Cent Colonnes. Cette salle, l'une des plus grandes de Persépolis, témoigne de l'ampleur et de la grandeur de l'architecture achéménide.

 

Xerxès supervise également des projets à Suse et à Ecbatane, renforçant ainsi l'infrastructure de l'empire et embellissant ses villes principales. En outre, il met en place des mesures pour améliorer l'administration et la gestion de l'empire, maintenant ainsi la stabilité interne malgré les défis extérieurs.

 

Religion et culture

Xerxès Ier est connu pour son dévouement au zoroastrisme, la religion de l'Empire perse. Il favorise le culte d'Ahura Mazda et cherche à éradiquer les cultes locaux qu'il considère comme hérétiques. Cette politique religieuse montre son désir de renforcer l'unité religieuse et culturelle de son empire. Cependant, cette approche suscite des résistances, en particulier en Égypte et en Babylonie, où les cultes locaux sont profondément enracinés.

 

En matière de culture, Xerxès continue de promouvoir l'héritage artistique et architectural de ses prédécesseurs. Les reliefs et les sculptures de son règne reflètent une continuité avec les traditions artistiques perses, tout en introduisant des éléments de grandeur et de puissance qui symbolisent l'autorité royale.

 

Héritage et fin de règne

Le règne de Xerxès Ier prend fin en 465 avant J.-C., lorsqu'il est assassiné dans sa capitale, Persépolis, lors d'un complot de palais. Son fils, Artaxerxès Ier, lui succède sur le trône. Le règne de Xerxès est souvent perçu à travers le prisme de ses campagnes militaires contre la Grèce, mais son héritage va bien au-delà de ces conflits. Il a laissé une marque indélébile sur l'administration, l'architecture et la culture de l'Empire perse.

 

Xerxès Ier est une figure complexe, parfois controversée, mais indéniablement influente. Son règne est un témoignage de la puissance et de l'ambition de l'Empire perse achéménide. Les succès et les échecs de ses campagnes militaires, ainsi que ses contributions à l'administration et à la culture de son empire, font de lui un personnage central dans l'histoire de l'Antiquité.

 

Xerxès Ier, connu comme Xerxès le Grand, a été un souverain déterminé et ambitieux, confronté à des défis considérables tout au long de son règne. Sa campagne contre les cités-États grecques et ses projets de construction monumentaux témoignent de son désir de renforcer et d'embellir l'Empire perse. Bien que sa défaite en Grèce ait marqué un tournant dans son règne, ses contributions à l'administration et à la culture perses ont laissé un héritage durable. Xerxès Ier reste une figure fascinante de l'histoire, symbolisant à la fois la grandeur et la complexité de l'Empire perse achéménide.

1 vue0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page