top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Qui est Zeus, le dieu des dieux, dans la mythologie grecque ?

Si vous êtes ici, c’est que vous vous demandez qui est Zeus. Ce dernier est le big boss du Panthéon grec (ou Jupiter pour les fans de séries romaines), c’est un peu comme le directeur général de l’Olympe Inc. Spécialiste en éclairage divin, il gère les horaires de jour et nuit, jongle avec la foudre comme un pro et a un doctorat en météorologie. Pluies et vents, c’est son truc. Arbitre suprême des chamailleries humaines, il distribue la sagesse comme des bonbons lors d’une parade. Ses collègues divins, une équipe de VIP, squattent avec lui sur le Mont Olympe, leur QG en Grèce. Mais attention, sous cette carapace de PDG tout-puissant, Zeus cache un cœur d’artichaut. Ses passions le baladent dans des aventures dignes d’une série télévisée : preuve que même au sommet, les dieux ont leurs petits travers très… humains ! Qui est Zeus ? Découvrons tout ça ensemble.



Qui est le père de Zeus ?

Avant que Zeus ne devienne la star du Panthéon, c’était l’époque des Titans. Ces derniers, ce sont un peu les dinosaures de la mythologie. Ces gros bras sont les gamins d’Ouranos, monsieur le Ciel, et de Gaïa, madame la Terre, rien à voir avec la chaîne de streaming portée sur la spiritualité. Mais Cronos, un brin parano, décide que la meilleure façon de garder le trône, c’est de dévorer sa progéniture. (Parler de problèmes de famille est un euphémisme). Heureusement, Rhéa, la mère de l’année, troque discrètement Zeus contre une pierre. Apparemment pas un fin gourmet, Cronos ne voit pas la différence. Et c’est ainsi que Zeus échappe à un repas familial plutôt indigeste !


Comment Zeus est devenu le roi des dieux ?

Dans sa quête pour devenir le CEO du Mont Olympe, Zeus adopte une stratégie digne d’un épisode de « Game of Thrones ». Il joue les séducteurs avec Métis, la Titanide qui a un doctorat en « Prudence ». Il lui sort le grand jeu et la convainc d’ajouter un petit quelque chose dans le cocktail de Cronos. Apparemment, le vieux n’était pas difficile sur les boissons – tout comme la nourriture. Pendant que papa Cronos ronfle, Zeus en profite pour libérer ses frères et sœurs, un peu comme une évasion de prison familiale.


Mais ce n’est pas tout ! Dans un élan de recrutement stratégique, Zeus rallie les cyclopes (ces grands gaillards avec un unique œil en mode caméra de surveillance frontale) et les Hécatonchires, ces géants bodybuildés avec une centaine de bras (parfait pour les marathons de bras de fer).


Après une guerre épique de dix ans, digne d’un blockbuster hollywoodien, Cronos et sa bande de Titans sont mis hors-jeu. En bon vainqueur, Zeus envoie son père et les Titans faire un séjour prolongé dans le Tartare, une sorte de sous-sol des Enfers, tellement bas que même Google Maps ne peut pas le localiser. Voilà comment Zeus est passé de petit dernier à boss ultime de la mythologie grecque !


Quels sont les attributs et les symboles de Zeus ?

Zeus, c’est un peu le fashionista du panthéon grec. Il préfère porter l’égide, une cuirasse hyper branchée en peau de chèvre, agrémentée d’un design exclusif d’écailles et de serpents. C’était très en vogue sur l’Olympe. Parfois, il se balade avec son pote l’aigle, un accessoire qui ajoute du panache à son look divin. Côté armement, il varie entre une lance stylée et son gadget préféré, l’éclair – appelé affectueusement « le foudre ». Il paraît que ça rend plus viril.


Et pour les jours où il se sent d’humeur équitable, Zeus sort sa balance de la justice, histoire de rappeler qu’il n’est pas que muscles et foudre. Côté jardinage, c’est un fan inconditionnel du chêne. Ses oracles se la coulaient douce à Dodone, au milieu d’une forêt de chênes. C’est là qu’ils interprétaient le gossip des feuilles pour prédire l’avenir. Un peu comme lire le journal, mais en mode divin et en 100 % écolo !


Qui sont les enfants de Zeus ?

Après avoir grimpé l’échelle corporative divine, Zeus s’est auto-proclamé PDG du ciel et papa préféré de l’Olympe. Parlons famille : sa sœur, et aussi sa femme, parce que tout est possible dans la mythologie grecque, Héra, lui a offert deux charmants bambins, Arès, le dieu de la Guerre (Mars) et, selon les ragots de certains auteurs, Héphaïstos, le dieu forgeron (Vulcain).


Mais Zeus ne s’est pas arrêté là. Sa sœur Déméter lui a donné Perséphone (la reine des enfers). Et dans le cercle VIP des douze dieux de l’Olympe, il est aussi le père de la sage Athéna, du musicien Apollon, du messager Hermès, de la chasseresse Artémis, (et de la séduisante Aphrodite). Toutefois, selon une certaine rumeur, cette dernière aurait plutôt fait son entrée en scène directement depuis la mer avant la venue de Zeus.


Ce n’est pas tout : Zeus a aussi un faible assez prononcé pour les nymphes et les mortelles. Résultat ? Une ribambelle de héros et de demi-dieux comme Héraclès (monsieur muscle) et Hélène de Sparte (la cause de la guerre de Troie), sans oublier une pléthore de souverains mythiques de diverses villes grecques. Disons que Zeus a laissé sa marque un peu partout en Grèce, et pas seulement sous forme de statues !


De quoi Zeus est-il le dieu ?

En plus d’être le CEO du ciel, Zeus se proclame aussi patron des humains. Il jongle avec les nuages comme un DJ avec ses platines, fait péter le tonnerre pour l’ambiance et lance des éclairs comme s’il distribuait des autographes. Et quand il se sent généreux, il arrose les cultures avec une petite pluie bienfaisante, juste pour s’assurer que tout le monde ait de quoi manger.


Pour ce qui est de la gestion des biens familiaux, il a laissé les mers à son frère Poséidon (le roi des vagues et des surfeurs) et les Enfers à son autre frère Hadès (le gardien de la cave la plus sombre et la plus effrayante de l’univers). Apparemment, partager ce n’est vraiment pas leur truc, mais chacun son domaine, n’est-ce pas ?


Comment le maître de l’Olympe gère-t-il les trahisons et les complots familiaux dans la mythologie grecque ?

Malgré sa réputation de big boss du ciel, Zeus semble avoir un peu de mal à suivre ses propres règles. On dirait que sa devise, c’est « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Résultat ? Il attire les coups fourrés comme un aimant.


Tout d’abord, il y a Prométhée, le petit malin qui lui pique le feu. Ensuite, Apollon, dans un coup de colère, élimine les cyclopes, les artisans de ses éclairs. Tantale se permet carrément de voler les petits secrets de Zeus. Et Asclépios ? Il joue les informateurs et balance tout aux humains. Bien sûr, Zeus punit tout ce beau monde, mais soyons honnête, ça n’a pas dû être une partie de plaisir.


Et le summum de la trahison ? Dans L’Iliade d’Homère, ce sont carrément Héra et Poséidon, deux de ses proches, qui lui font un coup dans le dos. On peut dire que même au sommet de l’Olympe, Zeus n’est pas à l’abri des petits complots en famille !


Comment a-t-il vaincu Typhon dans les légendes de la mythologie grecque ?

Après avoir mis une raclée à Cronos et sa bande, Zeus pensait sûrement prendre une petite pause bien méritée. Mais non ! Gaïa, sa grand-mère aux airs de mamie gâteau, mais qui ne rigole pas, lui lance un défi taille XXL. Elle donne naissance à Typhon, un colosse avec un look 100 % dragon et cracheur de feu. On parle d’un monstre à cent têtes, pas vraiment le genre qu’on invite à un dîner de famille.


Selon Hésiode, Zeus n’est pas du genre à se laisser impressionner. Il charge sa foudre à bloc et terrasse le monstre avec un coup de tonnerre digne d’une finale de coupe du monde. Mais attendez, il y a une autre version de l’histoire. Après un petit séjour en mode prisonnier de Typhon, Zeus se libère et, après un combat digne d’un épisode de catch, il envoie Typhon sous les verrous de la nature, alias la Sicile. Autant dire que chaque fois qu’un Sicilien regarde son île, il peut se dire : « C’est là que Zeus a joué à Tetris avec un monstre à cent têtes. »

1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page