top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Répression politique au Mali : les militaires interdisent des partis politiques



Depuis l'arrivée des militaires au pouvoir en 2020, la démocratie au Mali est confrontée à de sérieuses menaces. Les récentes mesures prises par le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, marquent un nouvel épisode dans la répression politique, mettant en péril les libertés fondamentales et les institutions démocratiques du pays. Cette interdiction de partis politiques suscite des inquiétudes tant au niveau national qu'international.


Une série de restrictions politiques

La démocratie malienne a subi une série de revers depuis le coup d'État de 2020. Les autorités militaires ont dissous plusieurs organisations de la société civile et formations politiques considérées comme contestataires. Cette répression s'est intensifiée avec la suspension récente, par décret ministériel, de partis politiques et d'activités politiques associatives, invoquant des motifs de maintien de l'ordre public. Ces mesures restreignent encore davantage l'espace politique et entravent la liberté d'expression et d'association des citoyens maliens.


Une atteinte à la démocratie dénoncée par les Nations unies

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a exprimé sa profonde préoccupation face à cette nouvelle escalade dans la répression politique au Mali. En interdisant des partis politiques et en restreignant les activités politiques associatives, les autorités militaires portent atteinte aux principes démocratiques fondamentaux et sapent les efforts visant à rétablir un ordre constitutionnel légitime dans le pays. Cette condamnation de la part des Nations unies souligne l'urgence de mettre un terme à la dérive autoritaire au Mali et de restaurer les droits démocratiques des citoyens.


Le durcissement du régime militaire sous le colonel Assimi Goïta

Le colonel Assimi Goïta, chef de la junte au pouvoir depuis 2021, a consolidé son emprise sur le pays en prenant des mesures répressives contre toute forme de dissidence politique. Sa décision de suspendre les partis politiques et les activités politiques associatives témoigne d'une volonté de museler toute opposition et de maintenir le contrôle sur la scène politique malienne. Cette dérive autoritaire menace la stabilité et la légitimité du régime en place, alimentant les tensions et les frustrations au sein de la population.


L'urgence de préserver la démocratie au Mali

La répression politique orchestrée par les autorités militaires au Mali représente une grave menace pour la démocratie et les droits fondamentaux des citoyens. En interdisant des partis politiques et en restreignant les activités politiques associatives, le régime en place porte atteinte aux principes démocratiques essentiels. Il est impératif que la communauté internationale condamne fermement ces atteintes à la démocratie et exige le rétablissement de l'ordre constitutionnel légitime au Mali. Il en va de la stabilité et de la prospérité du pays ainsi que du respect des valeurs démocratiques universelles.


4 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page