top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Rôle éclectique de l'église dans la politique malgache: le FFKM face à un défi de médiation


Au cœur de la tumultueuse scène politique malgache, l’initiative du FFKM (conseil œcuménique des Églises chrétiennes de Madagascar) d’apaiser le climat s’avère à la fois audacieuse et complexe. La récente absence notable de l’ancien président, Andry Rajoelina, lors de la rencontre orchestrée par les chefs d’Églises, soulève des interrogations sur le chemin vers un dialogue constructif.


L’engagement du FFKM dans la médiation politique est sans doute louable. En conviant les candidats à la présidentielle à une rencontre, les leaders religieux ont cherché à établir un terrain d'entente pour les acteurs clés du paysage politique. Toutefois, l'absence de Rajoelina, candidat à sa propre succession et figure majeure du paysage politique, représente un signe inquiétant pour cette médiation.


Les détails entourant le départ précipité du représentant de Rajoelina, Augustin Andriamananoro, suggèrent des complications internes. Bien que la représentation des candidats ait été apparemment autorisée la veille de la réunion, le changement de structure le jour J a provoqué le retrait de Andriamananoro. Cet incident met en évidence l'importance de la communication claire et de la transparence dans de telles initiatives.


La recherche d'apaisement avant les scrutins par le FFKM est stratégique pour garantir des élections paisibles et crédibles. Cependant, l'absence de Rajoelina peut être interprétée comme un signal que tous les acteurs politiques ne sont pas encore prêts à s'engager pleinement dans ce processus. La participation active de figures politiques majeures est essentielle pour donner du poids au dialogue proposé par l'Église.


Le rôle de l'Église dans la politique n'est pas nouveau à Madagascar. Elle a joué, à plusieurs reprises, un rôle de médiateur dans les crises nationales. Pourtant, son retour récent sur la scène politique est observé avec intérêt et scepticisme. La réussite de ses initiatives dépendra en grande partie de sa capacité à rassembler tous les acteurs et à établir des bases solides pour un dialogue authentique.


Le défi est de taille. Si la médiation du FFKM parvient à instaurer un dialogue constructif entre les candidats, elle pourrait jouer un rôle central dans la stabilisation du paysage politique malgache. Si ce n’est pas le cas, le risque est de voir une polarisation accrue et une méfiance croissante entre les acteurs politiques.


L'engagement du FFKM dans la promotion de l'écoute mutuelle est louable. Toutefois, la route vers un dialogue véritable et significatif nécessitera une approche nuancée, inclusive et transparente. Avec les élections à l'horizon, le temps est compté, et la nécessité d'une médiation efficace n'a jamais été aussi urgente.

8 vues

Posts similaires

Voir tout

תגובות


bottom of page