top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Rôle des députés : une réflexion de l'observatoire Safidy

L'Observatoire Safidy critique le fonctionnement des députés malgaches et soulève des questions cruciales sur leur efficacité et leurs indemnités.



L'Observatoire Safidy, par l'intermédiaire de Stella Razanamahefa, a récemment partagé ses observations sur le rôle et l'efficacité des députés malgaches, soulevant des questions essentielles sur leur performance et leur rémunération.


Une Assemblée nationale sous la loupe

Stella Razanamahefa, représentante de l'Observatoire Safidy, a exprimé des critiques sévères à l'égard de l'Assemblée nationale malgache, affirmant que le travail des députés laisse à désirer. Selon elle, « l'Assemblée nationale est la deuxième institution du pays », ce qui implique une responsabilité immense dans le bon fonctionnement du gouvernement et la mise en place des politiques publiques. Elle souligne que cette institution a pour mission de voter les lois, de contrôler l'action du gouvernement et d'évaluer les politiques publiques mises en œuvre.


Un manque de transparence sur les indemnités

Une des préoccupations majeures soulevées par Stella Razanamahefa concerne le manque de transparence autour des indemnités des députés. Elle s'interroge sur le montant exact des sommes allouées à ces derniers. Cette question est cruciale pour garantir une utilisation appropriée des fonds publics et maintenir la confiance des citoyens dans leurs représentants.


Sessions et fonctionnement de l'Assemblée nationale

Le fonctionnement de l'Assemblée nationale est régi par des règles précises. Selon l'article 75 de la Constitution malgache, l'Assemblée se réunit de plein droit en deux sessions ordinaires par an, chacune d'une durée de 60 jours. La première session débute le premier mardi de mai, tandis que la seconde, principalement dédiée à l'adoption de la Loi de finances, commence le troisième mardi d'octobre. Par ailleurs, l'article 79 précise que les règles relatives au fonctionnement de l'Assemblée sont établies par une loi organique et détaillées dans le règlement intérieur de l'institution.


Lancement de l'observation des élections législatives

En parallèle à ces critiques, l'Observatoire Safidy annonce la tenue d'une conférence de presse ce jour pour marquer le lancement de l'observation des élections législatives prévues pour le 29 mai 2024. Cette initiative vise à garantir la transparence et l'intégrité du processus électoral, en surveillant de près les pratiques électorales et en assurant que les résultats reflètent fidèlement la volonté des citoyens.


Une démarche pour renforcer la démocratie

L'intervention de Stella Razanamahefa et les initiatives de l'Observatoire Safidy s'inscrivent dans une démarche plus large visant à renforcer la démocratie à Madagascar. En critiquant ouvertement le travail des députés et en exigeant plus de transparence, Safidy aspire à encourager une plus grande responsabilité et une meilleure gouvernance.


La nécessité d'une réforme

Il est clair que pour améliorer le fonctionnement de l'Assemblée nationale, des réformes sont nécessaires. Ces réformes pourraient inclure une meilleure transparence financière, des mécanismes de contrôle plus stricts et une évaluation régulière de l'efficacité des politiques publiques. De telles mesures seraient susceptibles d'améliorer la confiance du public dans leurs représentants et de renforcer la démocratie à Madagascar.


En conclusion, les observations de l'Observatoire Safidy mettent en lumière des questions critiques concernant le rôle et l'efficacité des députés malgaches. Alors que le pays se prépare pour les élections législatives de 2024, il est essentiel de s'assurer que les représentants élus sont transparents, responsables et dévoués à servir les intérêts de leurs concitoyens. Les efforts de Safidy pour surveiller et évaluer le processus électoral constituent une étape importante vers une gouvernance plus transparente et responsable à Madagascar.

7 vues

Comentarios


bottom of page