top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Rajoelina décoiffe ses rivaux à 72,16% : premier tour à l'allure d'un TGV!


L'effervescence du premier tour des élections présidentielles à Madagascar se dissipe, mais les résultats sont proclamés à une vitesse déconcertante, suscitant débats et questions quant à leur fiabilité et à l'intégrité du processus démocratique.

Rajoelina, vainqueur avec 72,16% - des résultats hâtifs et contestés Le candidat Andry Rajoelina domine le tableau des résultats avec une avance remarquable de 72,16%, suivi par Marc Ravalomanana à 10,80% et Siteny Randrianasoloniaiko à 9,93%. Cependant, ces chiffres, proclamés avec une rapidité presque fulgurante, soulèvent des interrogations quant à leur véracité et à la représentativité de l'électorat.

Un traitement des résultats à grande vitesse (TGV) La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) délibère sur les résultats provisoires à une vitesse inattendue, prévoyant de les annoncer seulement huit jours après le premier tour. Une nette accélération par rapport aux élections précédentes, marquées par des délais plus longs entre les étapes du processus électoral.

Questions de sécurité et de proclamation des résultats officiels La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) devrait proclamer officiellement les résultats le 30 novembre, sans délocalisation pour garantir la "sérénité de la Cour". Des mesures de sécurité draconiennes, telles que la fermeture de certaines zones, suscitent des questionnements sur la transparence et l'objectivité de ces proclamations dans un contexte où certains contestent l'accès à des lieux symboliques.

Le parallèle avec l'histoire électorale du pays Ce rythme effréné de proclamation des résultats rappelle le passé électoral de Madagascar, notamment le cas du "premier tour dia vita" en 2002 à Mantasoa, déclenchant des débats et des tensions politiques. Cette rapidité apparente suscite des inquiétudes sur la légitimité des proclamations dans un contexte de revendications contestataires.

Débats politiques et conséquences pour les autres candidats Les résultats précipités de cette élection présidentielle mettent en lumière la quasi-certitude de la réélection d'Andry Rajoelina au premier tour. Cette situation laisse peu de place à d'autres candidats pour contester le processus électoral. De plus, les candidats non-éligibles risquent de subir des conséquences financières conséquentes en perdant le remboursement de leur cautionnement.

Un processus électoral questionnable Cette précipitation des résultats du premier tour des élections présidentielles à Madagascar soulève des préoccupations quant à l'intégrité du processus démocratique. Entre rapidité et contestations, cette élection alimente déjà des débats animés sur la scène politique, remettant en question la légitimité et la transparence de ces proclamations précoces.


17 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page