top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Rencontre décisive : les 10 candidats et le président du Sénat


Avec l'élection présidentielle de Madagascar prévue pour le 9 novembre 2023, le paysage politique est en ébullition. Le président du Sénat, Herimanana Razafimahefa, a reçu 10 candidats qui condamnent récemment la situation comme un « coup d'État institutionnel ». Cette réunion survient en plein contexte de tension alimentée par les récentes décisions de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC).


Neutralité questionnée

Les candidats ont précédemment adressé une lettre au président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), critiquant la HCC pour sa supposée partialité. Ils ont également remis en question la neutralité de l'Institution d'Ambohidahy, la jugeant complaisante vis-à-vis de l'exécutif. Selon eux, « les décisions de la HCC ne sont pas impartiales et le pays s’engouffre davantage dans le non-respect des lois ».


Question de légalité

En plus de critiquer la HCC, ces candidats remettent en cause la légitimité de la candidature du président sortant, Andry Rajoelina, la qualifiant de « crime contre la souveraineté nationale ». La candidature de Rajoelina a, cependant, été validée par la HCC, ce qui ajoute une autre couche de méfiance et de tension autour de ces élections à venir.


Importance des résultats électoraux

Le manque de confiance en la HCC s'étend également aux résultats électoraux. Les candidats sont préoccupés par la capacité de l'institution à garantir une élection libre et équitable, ainsi qu'à gérer efficacement tout contentieux électoral qui pourrait survenir. Ils affirment ne plus avoir « confiance en la HCC pour la publication officielle des résultats électoraux ».


Appel au dialogue

Pour naviguer à travers cette situation complexe, les candidats appellent à un dialogue inclusif. Ils sollicitent également l'intervention du Conseil Œcuménique des Églises de Madagascar (FFKM) dans le but d’éviter une crise politique imminente.


En résumé, la réunion entre le président du Sénat et les 10 candidats reflète les tensions politiques croissantes dans le pays. Tous les yeux sont désormais tournés vers les différentes institutions et acteurs politiques pour voir comment ils navigueront dans ce climat tendu, où les enjeux sont considérables pour l'avenir de la démocratie à Madagascar.

2 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page