top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Tensions à la frontière Finlande-Russie : derniers développements


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exprimé sa satisfaction jeudi à l'égard de la création d'une "coalition" par des alliés occidentaux de Kiev, dans le but de renforcer les défenses aériennes de l'Ukraine. "Le bouclier aérien de l’Ukraine se renforce chaque mois", a-t-il déclaré, soulignant les efforts continus visant à renforcer la sécurité du pays.


Renforcement de la sécurité dans la région de Mourmansk

Les autorités russes ont annoncé jeudi le renforcement des mesures de sécurité dans la région de Mourmansk, située dans le Nord-Ouest de la Russie et limitrophe de la Finlande. Cette décision intervient à la suite de la réduction du nombre de postes-frontières ouverts entre la Finlande et la Russie, décidée par Helsinki. Andreï Tchibis, le gouverneur régional, a déclaré que des mesures d'alerte élevée et des actions supplémentaires avaient été mises en place pour assurer la sécurité des habitants de la région.


La finlande réduit les points de passage frontaliers

La Finlande a pris la décision de limiter les points de passage frontaliers avec la Russie, ne maintenant qu'un seul poste-frontière ouvert, Raja-Jooseppi, dans la région de Mourmansk, dans l'Arctique russe. Cette restriction vise à gérer le flux de migrants sans papiers. En outre, quatre des huit postes-frontières du sud-est de la Finlande ont été fermés précédemment pour endiguer l'arrivée de ces migrants.


Les craintes d'une augmentation du flux de migrants

Suite à ces limitations, le gouverneur régional russe estime que le nombre de ressortissants étrangers souhaitant entrer dans des pays de l'OTAN via le territoire russe va augmenter considérablement. Environ 400 personnes se sont rassemblées au point de passage de Salla, à la frontière entre les deux pays, mercredi, mais seuls 50 ont été autorisés à passer par les gardes-frontières finlandais.


Contexte géopolitique : l'élargissement de l'OTAN et les tensions avec la Russie

La Finlande, qui a rejoint l'OTAN en avril en réponse à l'agression russe contre l'Ukraine, accuse la Russie de laisser passer des migrants sans papiers à travers leur frontière commune. Depuis fin août, le pays a observé une augmentation notable de migrants sans visa en provenance du Proche-Orient et d'Afrique, notamment d'Irak, de Somalie et du Yémen.


Perspectives incertaines

Ces développements récents entre la Finlande et la Russie s'inscrivent dans un contexte géopolitique tendu, marqué par les actions et les réactions des pays voisins face aux tensions grandissantes dans la région. Les conséquences et les implications de ces restrictions frontalières demeurent incertaines, suscitant des inquiétudes croissantes quant à la stabilité de la région.

bottom of page