top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Tensions pré-électorales à Madagascar : L'opposition dénonce une répression politique



À l'approche des élections législatives du 29 mai, le climat politique à Madagascar est marqué par une intensification des tensions, notamment autour de l'arrestation d'Olga Ramalason, candidate du Firaisankina dans le district d’Antsirabe 1.


Un climat de répression pointé du doigt

Marc Ravalomanana, figure de proue du parti Tiako i Madagasikara (TIM) et ancien président, a ouvert le bal des critiques en dénonçant une campagne de répression orchestrée par le régime en place contre les candidats de l'opposition. Selon lui, l'arrestation d'Olga Ramalason, qui fait suite à d'autres incidents visant des membres du TIM, constitue un "coup politique" destiné à affaiblir son parti à l'approche des scrutins.


Réactions en chaîne pour la libération de Ramalason

Le Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara (RMDM) a également exprimé son indignation, réclamant la libération immédiate de Ramalason. Le parti souligne le caractère politique de son incarcération et met en garde contre les risques de déstabilisation que cela représente pour la démocratie malgache. Ils appellent la Commission électorale nationale indépendante à intervenir afin de garantir un processus électoral équitable.


Des précédents inquiétants

Ce n'est pas la première fois que des candidats à des élections à Madagascar sont pris pour cibles. Le cas de Hasimpirenena Rasolomampionona et Ludovic Raveloson, impliqués dans des affaires judiciaires avant les législatives de 2019 mais tout de même élus, est souvent cité pour illustrer cette tendance. Ces précédents renforcent les craintes actuelles d'une utilisation de la justice comme outil de pression politique.


Appel à la vigilance nationale et internationale

À deux semaines de l'ouverture officielle de la campagne électorale, le RMDM mobilise la société civile et la communauté internationale pour surveiller de près la situation et agir en faveur de la démocratie. L'image du régime, déjà écornée par des élections présidentielles controversées, pourrait être davantage affectée par le déroulement de ces législatives.


Un test de démocratie pour le régime de Rajoelina

Les prochaines élections législatives sont perçues comme un moment de vérité pour le président Andry Rajoelina. Elles serviront non seulement à mesurer la confiance du peuple envers son gouvernement mais également à confirmer ou infirmer la solidité des institutions démocratiques du pays. La manière dont ces élections se dérouleront pourrait bien définir le futur politique de Madagascar.

12 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page