top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Togo : adoption controversée d'une nouvelle Constitution avant les élections législatives



À l'approche des élections législatives, prévues dans dix jours, le parlement togolais a adopté une nouvelle Constitution qui marque un tournant radical dans la structure politique du pays. Cette réforme, votée à l'unanimité par les députés présents, transforme le système gouvernemental du Togo d'un régime présidentiel en un régime parlementaire, suscitant des contestations vives de la part de l'opposition.


Détails de la nouvelle constitution

La nouvelle loi fondamentale élimine le suffrage direct pour l'élection du président de la République, qui sera désormais élu par les députés "sans débat" pour un mandat de quatre ans, renouvelable une seule fois. Le véritable pouvoir est désormais concentré dans les mains du président du conseil des ministres, qui est conçu pour être le chef du parti majoritaire à l'Assemblée nationale. Cette position, qui peut être comparée à celle d'un super-premier ministre, accapare l'ensemble des pouvoirs exécutifs.


Réactions et implications politiques

L'opposition togolaise critique vivement cette réforme, y voyant une stratégie du président actuel, Faure Gnassingbé, pour se maintenir au pouvoir. Gnassingbé, qui dirige le pays depuis 2005 après avoir succédé à son père, qui a lui-même gouverné pendant près de trente-huit ans, est le président du parti majoritaire, l'Union pour la République (UNIR). L'opposition craint que cette nouvelle structure ne perpétue un système de pouvoir consolidé autour d'une seule figure et d'un seul parti, réduisant ainsi les perspectives de changement démocratique.


Contexte historique et tensions actuelles

Cette adoption survient dans un contexte de longue date de gouvernance autoritaire au Togo, où les transitions de pouvoir ont souvent été contestées et marquées par des tensions. La rapidité de l'adoption de cette Constitution, juste avant des élections législatives cruciales, soulève des questions sur la transparence du processus et l'influence du gouvernement sur le parlement.


Un futur politique incertain

Alors que le Togo se prépare à des élections législatives qui pourraient redéfinir le paysage politique, la nouvelle Constitution instaure un cadre qui pourrait limiter la portée de ces élections. L'opposition, ainsi que les observateurs internationaux, suivront de près le déroulement du scrutin dans ce nouveau contexte constitutionnel, qui pourrait soit stabiliser le pays sous une nouvelle forme de gouvernance, soit aggraver les divisions existantes et provoquer davantage de contestations politiques.


14 vues0 commentaire

תגובות

דירוג של 0 מתוך 5 כוכבים
אין עדיין דירוגים

הוספת דירוג
bottom of page