top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Transition politique à Madagascar: Richard Ravalomanana à la barre


La République de Madagascar connaît un nouveau tournant dans son paysage politique avec l'ascension du général à la retraite Richard Ravalomanana au poste de président par intérim. Cette transition intervient dans un contexte où la nation insulaire a assisté à des changements rapides et significatifs, suite à la renonciation du précédent président élu en 2018, qui a ouvert la voie à une succession inattendue.

Une succession au sommet La crise au sommet de l'État malgache s'est accélérée avec la démission du président, déclenchant une série d'événements inédits. Après le retrait surprise de Herimanana Razafimahefa, président du Sénat de l'époque, de la ligne de succession présidentielle, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) avait placé la direction du pays entre les mains d'un gouvernement collégial, sous la houlette du Premier ministre en fonction. Cependant, cette phase n'a été que de courte durée.

La haute cour orchestre le changement Dans un revirement récent, la HCC a orchestré une transition du pouvoir, confiant les rênes de l'État au nouveau président du Sénat, Richard Ravalomanana. Selon la décision officielle de la Cour, il assurera les fonctions de Chef de l'État et exercera les attributions présidentielles jusqu'à ce qu'un nouveau président élu soit investi, instaurant ainsi une période intérimaire critique pour le pays.

Simultanément, la HCC a précisé que la présidence du Sénat serait confiée à une direction intérimaire jusqu'à la conclusion de cette période de transition présidentielle, assurant ainsi la continuité des opérations législatives et administratives.

Une présidence avec des priorités définies Ravalomanana, conscient des enjeux et des responsabilités de sa nouvelle charge, a rapidement pris des mesures pour consolider son autorité. Il a notamment contacté la HCC pour confirmer son rôle conformément à l'article 46 de la Constitution, qui stipule que le président du Sénat assume les fonctions présidentielles lorsque le titulaire se présente pour un nouveau mandat. Cette initiative proactive témoigne de son engagement à maintenir l'ordre constitutionnel et la stabilité politique.

Dans son dialogue avec la Cour et le gouvernement collégial, Ravalomanana a mis en avant son souhait que le Premier ministre continue de superviser les activités gouvernementales quotidiennes, soulignant son rôle constitutionnel dans le maintien de l'ordre public et la sécurité nationale. Plus précisément, il a proposé la tenue de conseils des ministres restreints, concentrés sur les questions de défense et de sécurité, essentielles pour garantir un environnement paisible en prévision des élections présidentielles imminentes.

Une transition acceptée La HCC, validant cette proposition, a reconnu la nécessité d'une collaboration étroite entre le président par intérim et le Premier ministre pour naviguer dans cette période délicate. Ce nouveau mode de gouvernance vise à instaurer un climat de paix et de sécurité, des composantes fondamentales pour la tenue d'élections libres et équitables.

La prise de fonction de Richard Ravalomanana marque donc un chapitre décisif dans l'histoire politique malgache. À travers cette transition, Madagascar entrevoit une période de stabilisation, essentielle pour restaurer la confiance du peuple dans ses institutions et consolider la démocratie dans cette nation insulaire.


bottom of page