top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Un accord de compensation sans précédent pour les victimes autochtones au Canada


Le 24 octobre, la justice canadienne a franchi un pas historique, en validant l'accord d'indemnisation le plus colossal jamais conclu dans l'histoire du pays. D'une valeur de 23,4 milliards de dollars canadiens (environ 15,8 milliards d'euros), cette entente vise à dédommager les communautés autochtones victimes de discriminations systémiques profondément enracinées dans le système de protection de l'enfance.


Depuis des décennies, les services destinés aux enfants autochtones ont été scandaleusement sous-financés par rapport à ceux fournis aux enfants non autochtones. Malgré le fait qu'ils ne constituent que 8 % de la population d'enfants de moins de 14 ans, les jeunes autochtones sont surreprésentés dans le système de protection de l'enfance, soulignant une pratique discriminatoire persistante.


Cindy Blackstock, figure de proue de cette lutte pour l'équité, a exprimé son anticipation pour le soutien renouvelé envers les victimes, reflétant une quête de justice qui a débuté avec sa plainte en 2007 devant le Tribunal canadien des droits de la personne.


Au-delà du dédommagement financier, l'accord prévoit des investissements supplémentaires de 20 milliards de dollars canadiens (approximativement 13,75 milliards d'euros) pour une refonte en profondeur du système. Cette initiative marque une reconnaissance du préjudice historique subi et un pas vers la réparation, comme l'a souligné la ministre des services aux peuples autochtones, Patty Hajdu.


Ce développement survient dans un contexte de conscience nationale accrue des injustices subies par les peuples autochtones. Depuis le printemps 2021, la découverte de plus d'un millier de tombes anonymes sur d'anciens sites de pensionnats catholiques a révélé l'ampleur des sévices. Ces pensionnats étaient un outil d'assimilation forcée qui a séparé environ 150 000 enfants autochtones de leurs héritages culturels entre la fin du XIXe siècle et les années 1990.


Le chemin vers la réconciliation est semé d'embûches, mais la contribution et l'engagement des organisations autochtones restent essentiels. Alors que le Canada se bat avec les fantômes de son passé, l'aveu du pape François lors de sa visite en 2022, demandant pardon pour les torts infligés aux autochtones, résonne encore à travers le pays. La route vers la guérison est longue, mais l'accord d'indemnisation représente un tournant décisif, témoignant d'un désir national de rectifier les erreurs du passé et de bâtir un avenir où la justice et l'équité pour tous les enfants du Canada sont au cœur des priorités.

bottom of page