top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Unesco/PIDC : Mahaaloke et Manda, deux projets porteurs pour Madagascar


La lutte pour un environnement journalistique sain et sécurisé à Madagascar vient de franchir un nouveau palier. Grâce à l'intervention de l'UNESCO et de son Programme international pour le développement de la communication (PIDC), deux projets ont été approuvés : Mahaaloke et Manda, tous deux ciblant la protection et le renforcement des compétences des journalistes à Madagascar.


Présentation des projets à l'échelle régionale

Lors d'une conférence de presse récemment organisée à Andraharo, le Bureau régional multisectoriel de l’Unesco pour l’Afrique de l’Est a dévoilé les projets choisis pour le PIDC 2023 pour Madagascar. Parmi eux, Mahaaloke et Manda, élaborés respectivement par les ONG Ilontsera et Sifaka, ont retenu l'attention.


Mahaaloke : accès à l'information publique et protection du journalisme

Mahaaloke, mot signifiant « prévention » dans le sud de Madagascar, aspire à sensibiliser et renforcer les compétences des journalistes sur l'importance de l'accès à l'information publique. Malgré 16 années écoulées, la loi relative à cet accès est toujours en attente de ratification. Lalaina Rakotonirina, représentant de l'ONG Ilontsera, insiste sur l'urgence de sa mise en place. Le but ultime est de créer un milieu journalistique serein, garantissant une information de qualité au public.


Manda : la sécurité des femmes journalistes au cœur de l'attention

L’ONG Sifaka, à travers le projet Manda, entend renforcer la sécurité et les droits des femmes journalistes. Harrison Ratovondrahona du Studio Sifaka rapporte un constat alarmant : 70% des femmes journalistes ont été victimes de violences sexistes durant leur carrière. Manda ambitionne non seulement d'offrir une meilleure protection à ces femmes, mais aussi de créer un environnement de travail respectueux et équitable.


Une reconnaissance internationale pour Madagascar

Il convient de souligner que ces projets n'ont pas été choisis au hasard. Sur 130 candidatures présentées à l'échelle mondiale dans le cadre du PIDC, seules 43 ont été approuvées. Le fait que deux d'entre elles concernent Madagascar témoigne de l'importance accordée par l'UNESCO aux défis journalistiques du pays.


L'approbation de Mahaaloke et Manda par l'UNESCO est un signe fort de l'engagement international en faveur de la liberté de la presse et de la protection des journalistes à Madagascar. Ces projets, s'ils sont correctement mis en œuvre, pourraient non seulement transformer le paysage médiatique malgache, mais aussi servir de modèle pour d'autres régions confrontées à des défis similaires.

26 vues

Comentários


bottom of page