top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Urgence humanitaire à Madagascar après le cyclone Gamane : les ressources s’épuisent




Madagascar se retrouve dans une situation critique après le passage dévastateur du cyclone Gamane le 27 mars dernier, qui a touché principalement les régions du nord-est telles qu'Analanjirofo, Diana, Atsinanana, et Sava. L'Organisation Internationale de la Migration (OIM) tire la sonnette d'alarme : les fournitures d'urgence, déjà sollicitées depuis le début de l'année pour d'autres catastrophes, sont sur le point de s'épuiser.


Le cyclone a affecté directement plus de 535 000 personnes, détruit 19 000 maisons et endommagé des infrastructures vitales, incluant des routes, 22 centres de santé et 135 écoles. Le gouvernement a déclaré l'état d'urgence nationale pour accélérer les réponses à cette crise humanitaire. Dès le 30 mars, une évaluation aérienne a révélé l'ampleur des dégâts, confirmant le besoin immédiat d'assistance pour environ 220 000 personnes.


Actuellement, l'urgence se fait sentir sur les ressources disponibles dans le pays. L'OIM a mis en évidence que les stocks d'urgence sont presque épuisés, suite à leur utilisation intensive pour d'autres événements catastrophiques plus tôt dans l'année. Le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) explique que les vivres sont actuellement acheminés par bateau, une solution jugée nécessaire face à l'état des infrastructures routières dégradées par le cyclone.


En dépit des efforts déployés, le financement de ces opérations d'urgence est insuffisant. Un appel éclair lancé plus tôt cette année pour un montant de 90 millions USD n'est financé qu'à hauteur de moins de 20%, avec seulement 15 millions USD reçus jusqu'à présent. Cette pénurie de fonds menace la continuité des opérations de secours qui sont cruciales pour des milliers de personnes affectées.


Les partenaires humanitaires, en coordination avec les autorités nationales et locales, s'efforcent de mobiliser des ressources supplémentaires pour répondre aux besoins pressants des victimes du cyclone Gamane. L'OIM et le BNGRC appellent à une mobilisation internationale pour apporter les aides nécessaires et éviter une aggravation de la crise humanitaire dans les régions déjà durement touchées par le cyclone.

12 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page