top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Vers la CAN 2024: côte d'Ivoire en transformation


À l'horizon, un défi majeur attend la Côte d'Ivoire: la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2024. À moins de trois mois de cet événement continental, une véritable métamorphose secoue le pays. Des infrastructures sportives aux réseaux routiers, tout est en pleine rénovation, avec une attention particulière accordée au stade historique Félix-Houphouët-Boigny d'Abidjan. Le gouvernement, sous la pression de réussir, a confié cette mission herculéenne à un nouveau Premier ministre, Robert Beugré Mambé, connu pour sa réactivité en situations critiques.


Investissements et défis

La transformation s'accompagne d'un investissement colossal de l'État, dépassant les 500 milliards de francs CFA. Ce financement a donné vie à quatre nouveaux stades, la rénovation de deux autres, ainsi que la mise à niveau de diverses infrastructures, y compris des terrains d'entraînement et des villages dédiés à la CAN. Toutefois, ces efforts sont entachés de controverses, notamment concernant le coût exorbitant de certaines installations, comme la pelouse du stade d’Ebimpé, facturée à 1,2 milliard de francs CFA.


L'après-CAN: prévenir les ééphants blancs

Le spectre des "éléphants blancs" - ces structures onéreuses et sous-exploitées post-événements - plane sur l'investissement ivoirien. Le gouvernement, soucieux d'éviter que ces nouvelles infrastructures ne tombent dans l'oubli, envisage des stratégies pour leur utilisation future. L'objectif est de créer des espaces polyvalents, capables d'accueillir divers événements sportifs et culturels, garantissant ainsi leur viabilité à long terme.


Impact économique et opportunités

Au-delà de l'aspect sportif, la CAN 2024 est perçue comme un catalyseur économique. L'événement promet de dynamiser de nombreux secteurs, de l'industrie à l'hôtellerie, créant des opportunités d'emploi et stimulant la croissance. Les experts, comme l'économiste Yao Séraphin Prao, prévoient un effet d'entraînement positif sur l'économie, à condition que les retombées profitent réellement à la population et que le pays renforce sa lutte contre les pratiques corruptives.


Sécurité et image internationale

La réussite de la CAN ne se mesure pas uniquement à l'aune des infrastructures. La Côte d'Ivoire doit également assurer une expérience sécurisée et positive pour tous les participants et visiteurs. Cela implique de combattre la petite délinquance et la corruption, tout en garantissant des services médicaux adéquats. Un événement bien organisé et sûr rehausserait considérablement l'image du pays, attirant potentiellement plus d'investisseurs et de touristes.


Formation et héritage durable

Conscient de l'importance de l'héritage de la CAN, le pays s'est engagé dans la formation de 350 professionnels de l'événementiel. Ces individus seront la clé de la diversification des usages des infrastructures post-CAN, contribuant à une utilisation dynamique et régulière. Cela marque une étape proactive vers la garantie que l'investissement dans la CAN se traduira par un bénéfice durable pour les communautés locales.


Un futur prometteur

La CAN 2024 représente bien plus qu'un événement sportif pour la Côte d'Ivoire; elle symbolise un tournant. Si les défis logistiques et financiers sont immenses, les retombées potentielles le sont tout autant. En adoptant une approche holistique, qui considère tant les investissements actuels que les besoins futurs, la Côte d'Ivoire ne se positionne pas uniquement pour accueillir un tournoi réussi, mais aussi pour amorcer une transformation sociale, économique, et culturelle de longue durée.

40 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page